×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La crise, l’opportunité pour réformer

Par L'Economiste | Edition N°:2962 Le 12/02/2009 | Partager

. Le Maroc doit réinventer la compétitivité de son économie. Le pays aurait un temps de résilience de deux à trois ans, selon Hassan Abouyoub«Jusqu’à présent, le Maroc a résisté aux secousses telluriques financières et dispose encore d’un temps de résilience de deux ou trois années», a déclaré Hassan Abouyoub, ambassadeur itinérant, lors d’une conférence organisée par le Conseil régional de l’ordre des experts-comptables, mardi à Casablanca. Il suggère que le Royaume profite de ce répit pour entreprendre les réformes qui s’imposent en matière de fiscalité, de compensation, de contrat social. Il doit aussi réinventer la compétitivité de son économie pour favoriser l’économie du savoir…Aujourd’hui, la gouvernance serait-elle en crise ? En ces temps où prévaut une crise financière planétaire, la question est plus que jamais d’actualité. «C’est la raison pour laquelle le Conseil, à l’occasion de son assemblée générale annuelle, a choisi ce thème pour sa conférence», déclare Faiçal Mekouar, président de la section Casablanca et Sud. Mais d’abord, qu’entend-on par gouvernance, concept qui tend à être galvaudé? «Il s’agit d’une vieille définition mise en place il y a deux siècles et demi. Mais jusqu’à présent, cette gouvernance n’a jamais fonctionné, autrement le monde ne serait pas actuellement en crise», explique Abouyoub.

Mécanisme souverain
Pour le conférencier, «la réponse à cette question se trouve dans le point d’interrogation, qui est en fait un euphémisme. Jusqu’à aujourd’hui, l’humanité n’est pas en mesure de prévoir l’ampleur des changements qui s’annoncent».Issu d’une mauvaise traduction de l’anglais «government», le concept gouvernance a été réinventé pour les Etats-nations à la fin des années 70. «A l’époque, il a été utilisé pour qualifier la première crise financière survenue dans les pays émergents et coïncidait avec la crise financière provoquée par la suppression par Richard Nixon de la convertibilité du dollar en or», ajoute Abouyoub.La gouvernance, dans l’esprit des institutions financières internationales, consiste à donner plus de place au secteur du privé, à réduire la place de l’Etat, à limiter les régulations. Cette nouvelle conception inclut, depuis quelques années, une dimension politique et institutionnelle. «Cela signifie qu’il ne peut pas y avoir de bonne gestion sans démocratie et respect de l’Etat de droit», déclare le conférencier.Le phénomène de la gouvernance a toujours été adouci par le fait que les schèmes et systèmes nationaux ne sont pas transposables à l’échelle mondiale.«Si l’on devait prendre tout l’acquis de l’après-Guerre, depuis la conférence de San Francisco en 1945, la seule organisation qui a un mécanisme souverain, c’est l’Organisation mondiale du commerce», affirme Abouyoub. En effet, l’OMC a intégré dans son dispositif de fonctionnement un mécanisme de règlement des différends, comparable à une architecture judiciaire nationale. Pour ce qui concerne les aspects économique et financier de la gouvernance, il faut signaler que les progrès technologiques ont permis de dématérialiser l’économie mondiale et de créer une richesse virtuelle à partir de mécanismes financiers «supposés être orthodoxes». Résultat: les produits toxiques se sont développés à un rythme tel que les gouvernements du monde entier sont actuellement incapables d’en mesurer l’étendue. H. E.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc