×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La concession de la collecte des ordures tarde à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:597 Le 17/09/1999 | Partager

    · Le cahier des charges relatif à la concession du ramassage des ordures n'est toujours pas finalisé


    LE projet de concession de la collecte des ordures à Casablanca traîne. La Communauté Urbaine (CUC) n'a toujours pas fixé de date pour lancer un appel d'offres(1). A l'origine de ce retard, le cahier des charges qui n'est pas finalisé. La Commission technique chargée de son élaboration attend de recevoir les données relatives à l'opération de collectes propre à chaque commune. Ces données concernent notamment le matériel, le personnel, les circuits et les surfaces à balayer. Sur les 27 communes que compte Casablanca, 12 seulement ont respecté le délai qui leur a été fixé par la Communauté. Les informations recueillies devront permettre à la Commission technique de s'informer sur les moyens propres à chaque commune en matière de collecte d'ordures. L'objectif est de maîtriser les besoins spécifiques à chaque entité afin de «répondre au mieux aux normes de Casablanca en matière de propreté». Une fois le cahier des charges finalisé, il sera présenté au Conseil de la Communauté pour son approbation. Ce n'est qu'après qu'il transitera par les représentants du Wali et des collectivités locales pour avis.

    Une dizaine de sociétés de différentes nationalités sont intéressées par ce marché. Elles sont allemandes, françaises, américaines, espagnoles et anglaises.
    L'option privilégiée est de confier la collecte des ordures à plusieurs sociétés. A chacune sera confiée une zone bien déterminée. L'objectif est d'assurer une meilleure concurrence et un service de qualité, est-il indiqué auprès de la CUC. Le choix du nombre de sociétés déterminera par conséquent le découpage géographique qui sera opéré.
    Le projet de concession du ramassage des ordures s'inscrit dans le cadre d'une politique générale de la Communauté en matière de propreté de la ville qui inclut également la concession de la décharge. Après la mise en écart de la proposition de la société canadienne Biotren, la CUC compte lancer un appel d'offres parallèlement à celui relatif à la collecte des ordures. Le cahier des charges pour la décharge est prêt. Huit sociétés de nationalités différentes sont en contact avec la Communauté Urbaine. Le montage du projet doit s'accompagner de la création d'au moins quatre centres de transfert pour le compactage des ordures.

    Adil BOUKHIMA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc