×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    La CNSS prend pied au CHU Ibn Sina

    Par L'Economiste | Edition N°:2649 Le 12/11/2007 | Partager

    . Après le CHU de Casablanca, au tour de celui de Rabat de se doter d’une antenne CNSS . 2007, sacrée «année des affiliés»LA Caisse nationale de Sécurité sociale joue la proximité. Une antenne a été inaugurée mercredi dernier au sein de l’hôpital Ibn Sina à Rabat conformément à la convention nationale signée en décembre 2006 entre les organismes gestionnaires de l’AMO et les établissements de soins publics. Après le CHU de Casablanca et de Rabat, ceux de Tanger et Oujda auront aussi leur antenne CNSS. Cette inauguration a clôturé une rencontre organisée par la caisse et le CHU de Rabat le jour même sur le thème «CNSS/hôpitaux publics: un partenariat durable en matière de gestion de l’Assurance maladie obligatoire». L’antenne emploie 1 à 2 personnes, en fonction de l’activité. L’affectation de ces employés par la CNSS au sein de l’antenne du CHU ne gênera en aucune manière la marche d’autres agences, est-il souligné. Ces employés sont chargés de l’accueil, la réception des dossiers et la vérification des données. Elles auront aussi pour principale mission de traiter les demandes de prise en charge des affiliés. En principe, ce seront des tracasseries en moins pour les patients. Un centre d’appels fonctionnant 24h/24 est déjà dédié au traitement des réclamations et des demandes urgentes. Cette politique de proximité et de généralisation de la couverture médicale s’inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie de la CNSS qui fait de l’année 2007 «l’année des affiliés». Saïd Ahmidouch, directeur général de la CNSS, ne manque pas de rappeler l’intérêt mutuel du partenariat entre la caisse et le CHU. La compétence médicale des médecins dans le public est incontestable, ce qui est un gage de confiance pour la CNSS. «Nous souhaitons toucher plus de personnes sachant qu’un bon nombre d’entre elles sont affiliées à la Caisse mais l’ignorent. L’antenne est aussi là pour aider ces personnes à travers un système d’information performant». Des rencontres sont organisées régulièrement pour informer cette population, souvent composée de smicards ou de personnes illettrées, de ses droits en matière de couverture sociale. Souvent, ces personnes étaient amenées soit à régler la facture, soit à délivrer un certificat d’indigence ou à ne pas se faire soigner. «Si nous avons mis en place un système d’assurance, c’est pour qu’il fonctionne. Les affiliés ont des devoirs et surtout des droits à la couverture sociale», ajoute Ahmidouch. La CNSS c’est aujourd’hui 3 millions d’affiliés à l’AMO, et 500.000 nouveaux bénéficiaires à compter du 1er novembre 2007. Sachant que le taux de remboursement des soins est de 90% pour les établissements publics et de 70% pour le privé, l’instauration d’un système d’assurance performant, incitera à terme les patients à se tourner plus vers les hôpitaux. Ce regain d’intérêt pour les établissements publics est avant tout bénéfique au secteur de santé même, à la formation continue des médecins et à la qualité des services rendus, estime le milieu médical. Maintenant, le CHU de Rabat a-t-il les moyens de répondre aux demandes supplémentaires en soins? Al Mountacer Chérif Chefchaouni, son directeur, assure qu’en 2008, le budget de fonctionnement sera augmenté mais sans donner de précisions quant aux chiffres.


    Prise en charge: 100 à 250 demandes/jour

    HASSAN Abdelmalki, directeur de l’AMO, a exposé le fonctionnement de l’AMO et les réalisations dans l’amélioration de la qualité de services vers les affiliés. «C’est le domaine de la demande de prise en charge qui attire notre attention aujourd’hui. L’affilié ne doit pas se préoccuper des démarches à suivre auprès de la CNSS pour ces demandes», signale-t-il. La Caisse reçoit aujourd’hui 100 à 250 demandes par jour. Le délai moyen de réponse, que ce soit un rejet, une acceptation ou encore une demande de complément de dossier, est de 12 heures. Une fois que la connection en ligne entre la Caisse et les prestataires de soins pour la gestion des dossiers sera opérationnelle, les délais seront réduits. Sur 21.898 demandes de prise en charge enregistrées de mars 2006 à août 2007, 52% émanent des cliniques privées, 44% des polycliniques CNSS et seulement 1,88% des hôpitaux. Le reste (0,3%) provient notamment des 4 centres hospitaliers universitaires du pays.Jihane KABBAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc