×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    La cimenterie Tétouan II éligible au protocole de Kyoto

    Par L'Economiste | Edition N°:2082 Le 09/08/2005 | Partager

    . C'est le premier projet approuvé par la commission interministérielle française des gaz à effet de serre . La centrale éolienne alimentera la cimenterie à hauteur de 50% LA nouvelle unité du cimentier français Lafarge, Tétouan II, sera le premier projet du groupe et de la France à rentrer dans le cadre de l’accord du protocole de Kyoto. La commission interministérielle française de l’effet de serre a, en effet, validé le projet et donné son accord pour sa réalisation.Le protocole de Kyoto sur l’effet de serre permet aux pays signataires de déduire de leur quota d’émission de gaz CO2 (responsable de l’effet de serre) les économies effectuées en matière d’utilisation d’énergies propres. A noter que le protocole de Kyoto (1997) prévoit une réduction de l’émission des gaz à effet de serre des pays industrialisés en 2008-2012 par rapport à leur niveau en 1990 de plus de 5%. La France, par le biais de la Commission interministérielle a attribué des quotas d’émission aux grandes entreprises françaises. Le site de Tétouan II est, en effet, le premier du groupe Lafarge à disposer de sa propre batterie d’éoliennes lui permettant de produire plus de 38 gigawatts annuellement, soit une économie équivalente en émission de CO2 de 30.000 tonnes par an. Les 12 éoliennes, d’une capacité totale de 10 mégawatts, le maximum permis par la loi marocaine, ont coûté au cimentier près de 100 millions de DH, un investissement qu’il entend bien rentabiliser vu que les coûts énergétiques sont assez élevés au Maroc et que les cimenteries sont de grands consommateurs d’énergie. La centrale apportera en fonction de la force des vents jusqu’à 50 % des besoins de la cimenterie. L’usine Lafarge de Tétouan a été inaugurée en juin 2004. L’investissement global a été de 1,2 milliard de DH. La construction du parc éolien a été achevée en avril 2005. La production d’électricité pour la cimenterie de Tétouan démarrera avant la fin de l’année. A noter que le potentiel en énergie éolienne dépasse de trois fois la capacité de la batterie éolienne. La limitation est en effet législative. La loi marocaine limite la puissance de ce type d’installations à la barre de 10 mégawatts. L’usine de Tétouan se veut un modèle en matière de respect de l’environnement. Des filtres ont été installés sur les principaux émetteurs de particules et même les allées ont été bétonnées pour éviter la dispersion de poussière.


    Augmentation de capacité

    LE Conseil d’administration de Lafarge Ciments a approuvé, fin juillet, les projets de doublement de la capacité prévue pour la nouvelle usine de Tétouan. Il s’agira de porter celle-ci à un million de tonnes de broyage dès l’an 2007 afin de répondre aux besoins de la région. En 2008, il est prévu de mettre en place une nouvelle ligne de cuisson d’une capacité de près d’un million de tonnes. Les projets sont en cours d’étude pour leur mise en place.De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc