×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Chine premier créancier de l’Etat américain

Par L'Economiste | Edition N°:2905 Le 20/11/2008 | Partager

. Pékin a accru sa part en bons du TrésorLa Chine est devenue le premier créancier de l’Etat américain. Pékin a accru sa part en bons du Trésor américain de 541,4 milliards en août à 585 milliards de dollars en septembre, dépassant désormais le Japon, dont les avoirs ont fait le mouvement inverse, passant de 586 milliards en août à 573,2 en septembre, selon les statistiques du Trésor. Première puissance économique mondiale, les Etats-Unis s’appuient depuis longtemps sur les achats de leurs obligations d’Etat par l’étranger pour financer leur gigantesque dette. Le phénomène «illustre le lien symbiotique entre l’excès d’épargne chinoise et le manque d’épargne aux Etats-Unis», relève Jean-François Huchet, directeur du Centre d’études français sur la Chine contemporaine (CEFC) à Hong Kong. «Mais on y voit bien aussi les limites de ce que peut faire la Chine» en matière d’investissements, ajoute-t-il. Car si la Chine est assise sur un matelas d’or, quelque 1.900 milliards de réserves de change en septembre, elle n’a pas autant de possibilités de placements «sûrs» qu’elle le souhaiterait. Or ces réserves s’accroissent très rapidement, apportant au pays des masses de devises alors que le yuan, lui, n’est pas convertible et obligeant la Banque centrale à des opérations de stérilisation. Une part de ces dollars repart directement à l’étranger. A noter par ailleurs que la Chine a annoncé la suppression d’une série de frais administratifs en 2009, représentant 19 milliards de yuans (2,21 milliards d’euros), une nouvelle mesure en faveur de la croissance. Au 1er janvier, une centaine de ces frais vont disparaître dans l’éducation, la construction, les exportations, la production agricole notamment, comme, par exemple, les frais de certificats de diplômes universitaires, ou de règlements de conflits du travail.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc