×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La Chine et le Japon veulent tourner la page

    Par L'Economiste | Edition N°:2772 Le 08/05/2008 | Partager

    . Relations pacifiques et visites de haut niveau. Sujets de discorde: le gaz et la sécurité alimentaireLA Chine et le Japon ont décidé mercredi 7 mai de tourner la page de leur passé douloureux et de construire des relations pacifiques, sans menace réciproque, afin de poursuivre leur développement.A l’issue de leurs entretiens hier à Tokyo, le président chinois Hu Jintao et le Premier ministre japonais Yasuo Fukuda sont convenus par ailleurs d’échanger des visites de haut niveau, au moins une fois par an. Dans une déclaration conjointe, le chef de l’Etat chinois a affirmé que le Japon était devenu «un Etat pacifique» au cours des quelque 60 années qui ont suivi la fin de la guerre. Il s’agit de la seule évocation de l’histoire douloureuse de la colonisation d’une partie de la Chine par l’armée impériale japonaise dans les années 1930 et 1940, qui a laissé du côté de Pékin un sentiment latent de méfiance à l’égard du Japon.«Les deux parties confirment qu’elles sont des partenaires et qu’elles ne constitueront pas une menace pour l’autre», ont ajouté les deux dirigeants.Lors de la précédente visite à Tokyo en 1998 du président chinois Jiang Zemin, le passé militariste du Japon avait dominé les entretiens, transformant en désastre cette première visite d’un chef d’Etat chinois en terre japonaise. Plus récemment, le gouvernement chinois avait gelé les rencontres de haut niveau avec le Japon durant les mandats du Premier ministre Junichiro Koizumi, entre 2001 et 2006, en raison de ses visites au sanctuaire Yasukuni, consacré aux soldats morts pour le Japon, parmi lesquels figurent plusieurs criminels de guerre.Hu Jintao, qui n’est que le deuxième chef d’Etat chinois à visiter le Japon depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1972, souhaite un environnement pacifique afin de permettre à la Chine de poursuivre son développement économique. Les hommes d’affaires japonais ne voient de leur côté que des avantages à des relations apaisées avec le géant chinois, qui est devenu le premier partenaire commercial du Japon. Des différends continuent toutefois d’opposer le Japon et la Chine, notamment sur l’exploitation de gisements de gaz en mer de Chine orientale et sur la sécurité alimentaire. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc