×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La centrale des risques enfin opérationnelle

Par L'Economiste | Edition N°:3135 Le 23/10/2009 | Partager

. Son lancement programmé pour ce lundi 26 octobre . Experian Maroc va gérer le système d’information C’est ce lundi 26 octobre que la centrale des risques va démarrer. La nouvelle a été annoncée via un récent courrier de Bank Al-Maghrib (BAM), envoyé aussi bien au Groupement marocain professionnel des banques (GPBM) qu’aux membres de l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF). Ce projet a valu «au Maroc de gagner deux points dans le classement 2009 de Doing Business», s’enorgueillit une source proche du dossier à la Banque centrale. Il faut dire aussi que le chantier de la centrale des risques s’est fait dans la douleur. Annoncé pour janvier 2009 (cf. L’Economiste du 12 février 2008), il a été finalement reporté à septembre de la même année. C’est du moins ce qui ressort d’une déclaration faite par le gouverneur de la Banque centrale, Abdellatif Jouahri, lors du dernier Conseil national du crédit et de l’épargne (voir notre édition du 7 août 2009). Dans le monde de la finance, des parties ont dès le début «émis quelques réserves avant de rentrer dans la ligne». L’idée même de création d’un groupement d’intérêt économique a été défendue. Puis des «négociations tendues sur la tarification» ont grippé l’avancement du projet. Mais tout cela, c’est de «l’ancienne histoire», s’accordent à dire des sources du monde de la finance. Début février 2008, une convention de gestion déléguée a été signée entre le représentant légal de BAM, Abdellatif Jouahri, et Luciano Manzo, président d’EXP Services Maroc. Et c’est Crédit Bureau qui avait remporté l’appel d’offres pour la mise en place de la centrale. Le système sera géré par la société Experian Maroc, dont le capital social a été fixé lors de la signature de la convention à 20 millions de DH. D’ailleurs, Jamal Rahal, directeur général d’EXP Services Maroc, avait alors déclaré que «rien n’est figé, nous pouvons élargir notre tour de table à n’importe quel moment». Sur le plan opérationnel, les banques vont communiquer leurs informations clients (historique de crédit et de remboursement, fiche signalétique, situation financière...) à la centrale d’information de la Banque centrale. Celle-ci les retransmettra à son tour à la centrale des risques. Côté sécurité numérique, ces informations vont transiter par le biais d’un réseau sécurisé», explique-t-on auprès de BAM. L’enjeu évidemment est de garantir la confidentialité des données clients. A noter que ce sont les opérateurs télécoms qui réservent des lignes spéciales pour les informations sensibles. Ce qui est le cas par exemple avec la Trésorerie générale. Première phase, mutualiser les données clients des banques et des sociétés de financement dans un fichier unique. Et ce, afin de faire apparaître les engagements d’un même client vis-à-vis de tous les établissements de la place. Sur le plan juridique, c’est une autre paire de manches qui s’annonce! F. F.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc