×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

La Catalogne mise sur le Maroc
Par Josep Huguet i Biosca

Par L'Economiste | Edition N°:2750 Le 07/04/2008 | Partager

Josep Huguet i Biosca est actuellement ministre de l’Innovation, Université et Entreprise du gouvernement de la Catalogne. Auparavant, il a été représentant d’ERC à la commission mixte de transfert État-Gouvernement de la Catalogne entre 1993 et 1995, député d’Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) au Parlement catalan depuis 1995 et porte-parole du groupe d’ERC à cette chambre entre 1999 et 2004. Le 15 octobre 2004, il a été nommé ministre du Commerce, du Tourisme et de la Consommation par le président du Gouvernement de la Catalogne; il est entré en fonction le 16 octobre 2004 et il a exercé ces fonctions jusqu’au 11 mai 2006. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels on peut signaler le dernier publié: Emancipar Catalunya (Émanciper la Catalogne). Au cours des dernières années, les relations commerciales entre la Catalogne et le Maroc se sont renforcées. L’importance stratégique du marché marocain pour la Catalogne, comme pour l’ensemble de l’État espagnol et de l’Union européenne, est indéniable. L’ancrage euro-méditerranéen de ce pays offre en effet une position géographique privilégiée qui permet l’accès aux marchés européens ainsi qu’à ceux du nord de l’Afrique. En outre, le Maroc est le pays leader de la zone Maghreb en termes de croissance économique et représente un intérêt majeur pour les investissements productifs du monde entier. Le Maroc est, en effet, l’un des 12 principaux partenaires commerciaux de la Catalogne. En 2007, le volume commercial bilatéral s’est élevé à 1,173 milliard d’euros. Le Maroc est également le troisième pays en ce qui concerne la pénétration commerciale catalane, laquelle représente près de 3% des importations totales du pays nord-africain. L’interaction croissante des relations commerciales a favorisé d’importantes augmentations de flux d’investissements directs de la Catalogne au Maroc. Ainsi donc, au cours de la période 1997-2000, les investissements de la Catalogne au Maroc ont atteint une valeur de 205 millions d’euros. En ce sens, on remarquera tout spécialement la présence significative d’entreprises catalanes dans ce pays, ce qui consolide la position traditionnelle du Maroc en tant que partenaire économique, commercial et stratégique de la Catalogne, en particulier dans des domaines d’activités industrielles catalanes tels que les secteurs textile, chimique, agroalimentaire ou pharmaceutique.D’ailleurs, la bonne santé des relations entre les deux pays est reconnue internationalement. Au cours des dernières années, on a observé une tendance croissante de la situation stratégique des multinationales européennes et asiatiques en Catalogne, ce territoire représentant une plateforme commerciale pour s’introduire au Maroc, ce qui favorise la création de filiales commerciales ou productives dans ce pays. Le fait que le Maroc mise résolument sur la rénovation et l’amélioration de ses infrastructures, notamment par la création des différentes zones franches de Tanger (Tanger Free Zone, Mellousa I et Mellousa II), le développement du réseau d’autoroutes au pays et, plus spécialement, l’ouverture du nouveau port du nord du Maroc, Tanger Méditerranée, permet de prévoir que la zone est en voie d’acquérir de plus en plus d’importance stratégique dans le futur.Dans la même ligne, il faut souligner les efforts qui sont réalisés dans ce pays afin de conclure des accords économiques et commerciaux avec les principales économies intéressées par cette zone. L’entrée en vigueur en 2000 de l’Accord d’association entre le Maroc et l’Union européenne a intensifié les relations économiques, commerciales et politiques entre les deux parties, tout en apportant à chacune d’elles d’importants bénéfices et opportunités. De même, la signature à Rabat en 2004 de l’Accord d’Agadir, qui est entré en vigueur en 2006, a ouvert de nouvelles possibilités commerciales par la création d’une zone de libre-échange entre le Maroc, la Tunisie, l’Égypte et la Jordanie. Au-delà des bénéfices de cet accord pour les parties, il s’agissait d’un premier pas vers la création d’une zone de libre-échange interarabe.C’est aussi dans ce but que de nouveaux instruments financiers nationaux, bilatéraux et multilatéraux sont développés afin d’améliorer la présence économique internationale au Maroc. Dans le cas catalan, plusieurs initiatives sont promues à partir du Gouvernement de la Catalogne afin de soutenir et stimuler la promotion économique des entreprises catalanes dans ce pays. Du Fonds Hassan II au Fonds de capital-risque méditerranéen, géré à partir de Barcelone, en passant par les plans intégraux de développement des marchés - comprenant le Maroc- mis en œuvre par l’État espagnol, ou la Banque mondiale, les entreprises catalanes bénéficient d’instruments plus nombreux et plus sophistiqués que jamais pour s’introduire et opérer sur le marché marocain.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc