×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

La caravane Alif Lam en tournée pour diffuser le savoir

Par L'Economiste | Edition N°:2077 Le 02/08/2005 | Partager

. Théâtre, cirque, revues… de nouveaux outils pour lutter contre l’analphabétisme. Plus que des messages de sensibilisation directs, la caravane offre de vrais spectacles artistiquesLA caravane Alif Lam repart pour une large tournée à travers les villes marocaines. Après une première initiative l’année dernière, la caravane s’est préparée cette année avec un programme plus riche et un circuit retravaillé «afin de toucher une plus grande partie de la cible», explique l’organisation. Le coup d’envoi de la campagne a été donné jeudi 28 juillet à travers la présentation, en avant-première, d’une pièce théâtrale au complexe Sidi Belyout à Casablanca. La caravane sillonnera par la suite tout le Maroc: Al Hoceïma, Meknès, Marrakech, Essaouira, Agadir, Ouarzazate et leurs régions dans une tournée de plus d’un mois, du 31 juillet au 13 septembre.La caravane Alif Lam, dont la popularité a grimpé avec la diffusion du programme télévisé du même nom, est une campagne de lutte contre l’analphabétisme et de sensibilisation à la scolarisation des enfants. C’est dans une approche de communication de proximité que la caravane part à la recherche de sa cible parmi les populations des régions les plus éloignées. «Le savoir est un droit. Pour tous!» est d’ailleurs le slogan de cet événement. Nouveauté cette année, pour la plus grande satisfaction des organisateurs: un sponsor officiel. La société Coca-Cola participera désormais à la bonne marche et au financement de différentes actions ainsi que d’autres entreprises publiques et privées. «Le coût de l’ensemble de cette opération aurait coûté au moins 1 million de DH si ce n’était l’engagement des sponsors», affirme le directeur de la Fondation Alif Lam, Oussama Esmili. Il a également expliqué que la fondation n’avait jamais réfléchi en termes de financement mais plutôt avec une logique de «qui se charge de quoi». Les tâches sont en effet réparties entre les différents partenaires de la caravane, explique Esmili, les académies régionales s’occupent de l’hébergement, le transport et la nourriture, les sponsors de la sonorisation, l’éclairage, les affiches, etc.Autre nouveauté cette année, une couverture complète de l’événement par la quatrième chaîne «Arrabiâa». Chaîne également spécialisée dans la sensibilisation et l’éducation. Les résultats de la campagne précédente ont été, selon la Fondation Alif Lam, très encourageants. Quelque 100.000 personnes avaient été touchées par cette action. Plus que la population analphabète, c’est également les enseignants et tous ceux qui peuvent servir de relais à la caravane qui sont visés.Au programme de cette tournée 2005: spectacles de théâtre, cirque, musique, danse et chant. Pour cela, une grande équipe de comédiens, musiciens, techniciens et pédagogues est mobilisée. Cette programmation artistique n’est pas uniquement une façon de véhiculer des messages et les rendre accessibles au public, c’est également une initiation à l’art auquel les populations visées ont rarement accès. «La caravane se veut un espace culturel itinérant dont l’objectif est notamment d’initier aux différentes formes de l’art», souligne le directeur de la Fondation Alif Lam.


La sensibilisation par l’art

SUR l’origine du choix des supports de communication retenus pour cette caravane, Oussama Esmili explique que le théâtre (principal outil de cette manifestation) a fait ses preuves en tant que transmetteur efficace de messages. «Nous utilisons donc ce moyen sans tomber dans le piège du discours direct, car c’est avant tout un spectacle fait pour distraire», souligne-t-il. Les numéros de chants et de danses attirent eux aussi une grande partie de la population cible. Par ailleurs, lors du passage de la caravane, des documents, essentiellement des revues d’apprentissage élaborées par des spécialistes, sont distribués gratuitement au public.Ichrak MOUBSIT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc