×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    La campagne présidentielle se joue sur la toile

    Par L'Economiste | Edition N°:2694 Le 17/01/2008 | Partager

    . Mobilisation de fonds et de voix en ligne de mire LA campagne présidentielle américaine se joue en grande partie sur internet. Les prétendants à la Maison Blanche rivalisent d’ingéniosité pour que leurs efforts en ligne se transforment en voix le jour de l’élection. Internet donne également aux militants des outils pour organiser collectes de fonds ou événements près de chez eux en faveur du candidat de leur choix. Des portails de socialisation permettent aux électeurs en herbe de comparer les goûts musicaux de tel ou tel candidat. Selon une récente étude du Pew Research Center, un institut indépendant qui examine les mouvements de l’opinion, environ un quart des Américains ont recours au net pour suivre la campagne présidentielle. C’est moins que le nombre de personnes qui suivent la campagne à la télévision. Mais c’est deux fois plus qu’en 2004 et environ trois fois plus qu’en 2000. Chez les moins de 30 ans, 42% des personnes de cette catégorie d’âge utilisent internet pour s’informer sur l’élection. C’est également cette catégorie de personnes qui utilise le plus des sites de socialisation comme MySpace ou Facebook. La campagne de l’atypique candidat républicain, Ron Paul, hostile à la guerre en Irak, repose presque entièrement sur internet. Il a attiré l’attention générale quand il a réussi à lever près de 20 millions de dollars grâce à un appel sur la toile. Du côté démocrate, le jeune sénateur noir de l’Illinois Barack Obama se sert d’internet pour se différencier de sa rivale Hillary Clinton perçue comme appartenant à la vieille garde politique. Ses militants ont créé 6.000 groupes de soutien à travers le pays et 20.000 différentes pages sur la toile pour collecter des fonds. Des voix relativisent. Internet «est simplement un outil. Apprenez ce dont il est capable et ses limites», suggère Josh Margulies. Il a lancé un site en faveur de l’ex-général Wesley Clark durant la campagne de 2004. Un des dangers d’internet est de véhiculer de fausses informations. Mais internet possède également les outils pour contrer ces falsifications. Il existe un site spécialisé (www.snopes.com) pour faire le tri entre les rumeurs et l’information. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc