×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

La BNP entre dans le capital du groupe Air France

Par L'Economiste | Edition N°:39 Le 23/07/1992 | Partager

La Commission européenne a donné son feu vert, Mercredi 15 Juillet, à la prise de participation de la B.N.P. dans le groupe d'Air France à hauteur de 8,8%, et partant, à l'ensemble du plan de restructuration du capital de la compagnie aérienne, annoncé en 1991.
La Banque Nationale de Paris agit en "investisseur avisé" et les perspectives d'Air France sont "bonnes dans le climat général de l'aviation civile, car la compagnie dispose de solides compétences, d'une bonne image de marque, d'un bon niveau d'efficacité et des perspectives de développement substantiel de l'Aéroport Charles-de-Gaulle", a affirmé la Commission pour expliquer son aval. Ce dernier concerne un apport de 1,25 milliard de Francs par la B.N.P. "sous forme d'obligations remboursables en actions et de 2,59 milliards sous forme de titres subordonnés à durée indéterminée".
Dans les semaines qui viennent, Bruxelles doit encore statuer sur l'entrée du transporteur français dans le capital de la compagnie aérienne belge Sabena. Les négociations, qui portent, entre autres, sur l'ouverture de nouvelles lignes vers l'Europe et l'Afrique pour éviter une situation de monopole des deux compagnies, se développent "dans un esprit positif, selon Karel Van Miert, le commissaire chargé des transports.
Le groupe Air France (Air France, UTA et Air Inter) a enregistré des résultats décevants au premier semestre. Air France et UTA ont à peine retrouvé le niveau du premier semestre 1990, soit une hausse de 0,8%.
Certes, le trafic a connu une hausse de 16,7% par rapport aux six premiers mois de 1991, mais celle-ci reste peu significative en raison de la pénalisation de cette période par la Guerre du Golfe.

Le groupe estime que "les compagnies aériennes souffrent actuellement d'une situation de surcapacité résultant des importantes livraisons d'avions ces dernières années".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc