×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La biométrie gagne du terrain

Par L'Economiste | Edition N°:2363 Le 18/09/2006 | Partager

. FINOV s’installe à Casablanca. Un «bon plan», issu de France Expo 2006Le marché de la biométrie accueille un nouvel opérateur. Installée à Casablanca en mars 2006, Finov compte déjà parmi ses références quelques grosses pointures, séduites par les solutions proposées: gestion sécurisée d’ouverture de portes, contrôle d’accès, pointage, protection de documents... L’intégrateur de produits biométriques présente un catalogue de produits high-tech. Celui-ci comprend notamment un algorithme classé numéro un sur le plan mondial au dernier concours international de biométrie (Fingerprint Verification Competition) sur 110 participants, un capteur capacitif en 3 D, une rapidité de lecture d'une seconde sur un système gérant des milliers de personnes. Six mois après son installation, Finov a décroché un partenariat avec Attijariwafa bank pour le schéma directeur de sécurité que la banque a mis en place ces derniers mois afin de renforcer la sécurité du groupe (siège et agences). La toute nouvelle start up, fondée par Yannick Francotte et un partenaire marocain, est dotée d’un capital de 100.000 DH apporté à parité. Elle emploie pour l’heure 5 personnes et compte porter son effectif à une trentaine de salariés d’ici à la fin de l’année. Elle table sur un chiffre d’affaires d’à peu près 1,7 million de DH pour le premier exercice et affiche clairement son ambition: se tailler une place de choix sur le marché marocain et aboutir à long terme à une cotation en Bourse. «Présent à France-Expo 2006, nous avons tout de suite perçu le potentiel extraordinaire que nous pouvions exploiter au Maroc et dans la région», annonce Yannick Francotte, ingénieur et directeur général de la société. Et pour cause: celle-ci a déjà remporté un marché au Sénégal auprès de la banque BRS et compte créer une filiale à Dakar. La biométrie est en plein essor. Depuis quelques années, elle tend à sortir du champ de la science-fiction pour devenir une réalité très commune. Celle-ci s’appuie sur la prise en compte d’éléments biologiques, comportementaux ou physiologiques, propres à chaque individu: empreinte digitale, analyse de l’iris, de la rétine ou de la configuration des veines, soit autant de méthodes de reconnaissance de caractéristiques physiques plus ou moins infaillibles. Associée à d’autres technologies comme la carte à puce, la biométrie répond aux besoins croissants en sécurité des grandes entreprises, institutions financières, aéroports et autres lieux potentiellement menacés. Longtemps cantonnée à l’usage d’applications spécifiques (judiciaire, fichier national d’identité, contrôle d’accès haute sécurité) comme c’est le cas pour la CIN et pour certains visas, la biométrie couvre de plus en plus le champ du privé. A.B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc