×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    La BCE va de nouveau serrer la vis

    Par L'Economiste | Edition N°:2479 Le 07/03/2007 | Partager

    . Relèvement du taux directeur à 3,75%Le crédit va de nouveau devenir plus cher dans la zone euro. La Banque centrale européenne (BCE) n’a laissé aucun doute. Elle va relever, le 8 mars, ses taux d’intérêt pour la 7e fois en quinze mois. Et ceci en dépit d’une croissance pour le moment sans inflation. Des économistes tiennent pour acquise la remontée du principal taux directeur de la zone euro d’un quart de point à 3,75%. Une majorité d’experts parie sur une nouvelle hausse, en juin, qui hissera le principal taux à 4%, niveau auquel il stationnera jusqu’à la fin 2007. Mais les avis commencent à diverger, une poignée tablant sur une autre remontée à 4,25% d’ici fin 2007, d’autres jugeant que les gardiens de l’euro s’arrêteront à 3,75%. Mais la pilule sera difficile à faire avaler aux responsables politiques de la zone euro. Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe, un organisme qui rassemble les ministres des Finances de la zone euro. a récemment souligné l’absence de tension sur les prix à court terme. La BCE devrait d’ailleurs abaisser sa prévision d’inflation cette année vers 1,8%, un niveau conforme à sa définition de la stabilité des prix. Mais elle devrait aussi légèrement relever sa projection pour 2008. Côté croissance, elle devrait annoncer jeudi un rehaussement de ses prévisions pour les deux années. Les gardiens de l’euro s’inquiètent des menaces de spirale inflationniste liées à d’éventuelles hausses de salaires très élevées. Relance économique aidant, les industriels et prestataires de services ont plus de marge pour augmenter leurs tarifs, ce qui tracasse aussi la BCE. La récente chute des marchés boursiers mondiaux ne devrait pas changer la donne, estime Holger Schmieding, analyste à la Bank of America. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc