×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La BCE prolonge ses mesures de soutien

Par L'Economiste | Edition N°:3417 Le 03/12/2010 | Partager

. Elle continuera à injecter des liquidités pour les banques . Mais elle n’a pas cédé aux attentes des marchés Après la décision du Conseil des gouverneurs de laisser les taux directeurs inchangés, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de poursuivre les mesures de soutien aux banques et de prolonger son dispositif de refinancement à taux fixe et illimité sur trois mois en faveur des banques de la zone jusqu'à fin mars 2011. Des mesures guettées par les marchés et les analystes alors que beaucoup de banques des pays actuellement les plus fragiles de la zone euro dépendent encore des liquidités de la BCE pour se refinancer. Mais elle a décidé de ne pas se lancer dans une politique d'«assouplissement quantitatif» par l'achat massif de titres publics, comme certains s'étaient mis à l'espérer sur les marchés. Ces derniers espéraient en effet une annonce forte de la BCE concernant son programme d'achats hebdomadaires d'obligations publiques pour rassurer et contribuer à faire retomber les taux obligataires de certains pays de la zone euro qui atteignent des records. Sur ce point ils en ont été pour leurs frais… Jean-Claude Trichet, le président de la banque, a tenu une conférence de presse jeudi 2 décembre. «Le programme se poursuit», a-t-il déclaré, sans préciser les montants qui seront engagés, et en se refusant à commenter les chiffres qui circulent depuis deux jours. Des investisseurs avaient anticipé une forte hausse de ces rachats, certains évoquant même dans les médias anglo-saxons des montants allant jusqu'à dépasser 1.000 milliards d'euros. Depuis le début de ce programme exceptionnel, en pleine crise de la dette grecque en mai, la BCE a racheté pour 67 milliards d'euros de dette publique mais pour éviter une hausse de la masse monétaire en circulation, elle a retiré des liquidités d'un même montant sur le marché.Pour éviter une hausse de la masse monétaire en circulation, ce qui aurait pour effet d'encourager l'inflation, la BCE retire chaque semaine des liquidités d'un même montant sur le marché.Le Conseil des gouverneurs de la BCE a également décidé de poursuivre les opérations de fournitures de liquidités aux banques avec allocation illimitée « aussi longtemps que ce sera nécessaire et au moins jusqu'à la troisième période de reconstitution des réserves de 2011, le 12 avril de la même année».N. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc