×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

La BCE prépare le terrain à une baisse des taux

Par L'Economiste | Edition N°:983 Le 26/03/2001 | Partager

. Après avoir fait preuve d'un optimisme inébranlable, l'institution a fini par reconnaître le ralentissement de l'économie. Toutes les projections de la banque doivent être corrigées à la baisseEn prévision de la nette détérioration de la conjoncture, la Banque centrale européenne (BCE), par la voix de l'un de ses plus hauts dirigeants, a commencé vendredi dernier, à préparer le terrain, à une baisse des taux d'intérêts.Les projections publiées en décembre dernier par la BCE, portant notamment sur la croissance, allaient devoir être revues à la baisse, selon Otmar Issing, son chef économiste et membre-clé de l'Exécutif de l'institution de Francfort.«Il ne fait aucun doute que l'environnement international s'est assombri de manière significative depuis que nous avons publié nos projections de décembre dernier«, a-t-il déclaré lors d'un colloque bancaire à Francfort. «L'économie mondiale, avec en particulier les développements aux Etats-Unis et au Japon, se trouve dans une situation bien plus mauvaise. Dans ce contexte, il est clair que toutes les projections de la BCE doivent être corrigées à la baisse«, a-t-il ajouté. Les projections publiées le 20 décembre dernier tablaient sur une croissance du produit intérieur brut de la zone Euro dans une fourchette de 2,6 à 3,6% cette année et de 2,5 à 3,5% en 2002. Les propos de M. Issing tranchent avec le tableau très favorable brossé jusqu'ici par la BCE sur les perspectives de croissance tant mondiale qu'européenne. Dans une interview publiée par le Wall Street Journal Europe, il avait déjà estimé que les «risques à la baisse pesant sur la croissance (de la zone Euro) se sont assurément accrus« depuis la fin de l'année dernière. Après avoir fait preuve d'un optimisme longtemps inébranlable, la Banque centrale semble ainsi lentement reconnaître à son tour la réalité du ralentissement de l'économie de la zone Euro, ouvrant la voie à une prochaine baisse des taux. Faiseur d'opinions«La pression en vue de baisser les taux est en train de croître sur la BCE et les récentes déclarations (de ses dirigeants) montrent qu'elle prépare un geste«, estime Ulla Kochwasser, analyste de l'Industrial Bank of Japan. «Issing a, à juste titre, la réputation d'être un faiseur d'opinions au sein de la BCE«, renchérit Klaus Baader, de Lehman Brothers, en estimant que le chef économiste de la BCE est monté sans doute à dessein au créneau pour annoncer l'imminence d'une détente monétaire après la rechute récente de l'Euro. D'autant que M. Issing, qui passe habituellement pour un «faucon« au sein de la BCE, s'est montré jeudi soir très rassurant sur le front de l'inflation, bête noire des gardiens de la stabilité des prix. Tranchant avec les récentes mises en garde récurrentes de la BCE, il a estimé que «le taux d'inflation« de la zone Euro allait «reculer progressivement«, se disant «confiant« sur les chances de le voir passer sous le seuil des 2% à moyen terme«, l'objectif affiché par la BCE. Il a également estimé qu'il ne devrait plus y avoir de chocs externes sur les prix, comme ceux qu'a connus la zone Euro l'an dernier avec l'envolée des prix du pétrole et la faiblesse de la monnaie unique.F.T (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc