×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    La Banque Centrale Allemande resserre le crédit

    Par L'Economiste | Edition N°:39 Le 23/07/1992 | Partager

    Le Conseil de la Bundesbank, la Banque Centrale Allemande a annoncé Jeudi dernier le relèvement de son taux d'escompte de 0,75 point à 8,75%. Les marchés s'attendaient à une hausse d'un quart ou d'un demi-point. Le dernier relèvement avait eu lieu en Décembre 1991. Le taux d'escompte allemand était en effet passé de 7,50% à 8%, son niveau le plus élevé depuis la Seconde Guerre Mondiale.
    En revanche, le taux lombard, qui est le taux directeur du marché monétaire, donc le plus déstabilisant pour ses partenaires du Système Monétaire Européen (SME), n'a pas été touché. Il demeure à 9,75%.
    Helmut Schlesinger a souligné que la hausse du taux d'escompte "n'aura pas de conséquences directes sur les partenaires de l'Allemagne". Cette disposition est "essentiellement liée à des préoccupations nationales. La Bundesbank a évité de relever son taux lombard afin de ne pas poser de graves problèmes à nos voisins", a-t-il ajouté.
    La hausse du taux d'escompte a d'abord pour effet de renchérir le coût du crédit pour les banques allemandes, qui réescomptent à ce taux préférentiel les effets à très court terme, garantis par trois signatures connues et solvables.
    En théorie, elle ne devrait pas faire affluer les capitaux étrangers sur le marché allemand au risque de provoquer "une envolée du Mark, la déstabilisation du SME et une accélération de la baisse du Dollar".
    Pour l'Allemagne, la mesure adoptée par son institut d'émission est nettement déflationniste, dit-on. Elle aura pour effet de réduire le volume du crédit aux entreprises et aux ménages. Elle agira donc sur la masse monétaire M3 (liquidités et dépôts à moins de quatre ans) qui reflète les menaces internes d'inflation. La croissance de ce poste de la masse monétaire est dangereuse. Alors que l'objectif est une fourchette de 3,5% à 5,5%, elle a été de 9% en Mai, d'après le dernier rapport mensuel de la Bundesbank, après 8,3% en Avril et 9,4% en Mars.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc