×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La baisse du dollar a profité aux multinationales

Par L'Economiste | Edition N°:1726 Le 16/03/2004 | Partager

. Pfizer, Johnson and Johnson, 3M… «l'avantage» de la globalisation Situation paradoxale. Alors que la baisse du dollar en 2003 a handicapé plus particulièrement les groupes étrangers présents aux Etats-Unis et les exportateurs allemands ou français, en revanche les groupes américains installés à l'étranger ou les distributeurs s'approvisionnant en Asie en ont profité.En 2003, le billet vert a chuté de plus de 17% par rapport à l'euro. Suite à cette situation, les résultats financiers de nombreux groupes européens très actifs en Amérique du Nord et en Asie ont été compromis. Les chiffres d'affaires des groupes français (matériaux de construction), PPR (luxe et distribution) ou Saint-Gobain (verre, matériaux) ont baissé, alors que sans effets de change ils auraient été en hausse. D'ailleurs, les économistes jugent que pour la France «l'appréciation de l'euro n'a eu que des inconvénients». Elle «va peser durablement sur la compétitivité des exportations françaises et rend plus urgents les efforts en matière d'investissement de recherche et développement, de différenciation des produits», écrivent-ils.A l'inverse, les multinationales américaines très «globalisées» ont tiré leur épingle du jeu profitant de la dégringolade du billet vert. Par exemple, Pfizer et Johnson and Johnson (pharmacie), United Technologies (conglomérat industriel), 3M (groupe multisecteur), Mattel (jouets) ou Computer Associates (logiciels). «Des entreprises multinationales comme celles-ci récupèrent des devises étrangères et, lorsqu'elles les convertissent, reçoivent davantage de dollars», souligne un analyste.Synthèse L'Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc