×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La baisse de la TVA divise

    Par L'Economiste | Edition N°:2914 Le 03/12/2008 | Partager

    . Les membres de la zone euro refusent de suivre l’exemple du Royaume-UniLes quinze Etats de la zone euro ont annoncé lundi dernier qu’ils ne baisseraient pas leurs taux principaux de TVA pour faire face à la récession économique, refusant ainsi de suivre l’exemple de la Grande-Bretagne. «Aucun gouvernement n’envisage une telle mesure», a déclaré à la presse le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, à l’issue d’une réunion avec ses collègues à Bruxelles.Les Etats de la zone euro ont déclaré «ne pas vouloir agir sur le taux normal de TVA», et «n’abaisseront pas» ce taux, a-t-il ajouté.«Vous ne pouvez être sûr et certain qu’un effet sur les prix et donc sur la consommation se produira» en cas de baisse du taux de base de la TVA, a argumenté le président de l’Eurogroupe, qui est à la fois ministre des Finances et Premier ministre du Luxembourg.La Grande-Bretagne vient d’annoncer une baisse temporaire au 1er décembre de son taux de TVA (sauf sur l’alcool, le tabac et l’essence) qui passera de 17,5% à 15%, le minimum autorisé dans l’Union européenne, ce qui coûtera 12,5 milliards de livres (14,8 milliards d’euros).Mais Junker a ajouté: «Le fait d’annoncer une baisse de la TVA temporaire» suivie peu de temps après d’un relèvement «ne produira pas les effets souhaités sur le moyen terme» de l’avis des ministres des Finances de la zone euro.Cependant, a-t-il dit, «nous pensons que c’est une décision qui appartient à chaque Etat», et «il n’est pas exclu que d’autres pays» de l’UE, non membres de la zone euro et autres que le Royaume-Uni, «l’annonceront».La Commission européenne a proposé la semaine dernière aux Etats de l’UE d’utiliser cet outil comme instrument possible pour soutenir l’économie, dans le cadre de son projet de plan de relance européen de 200 milliards d’euros.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc