×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La BAD dans un fonds d’investissement marocain

    Par L'Economiste | Edition N°:3326 Le 23/07/2010 | Partager

    . Il s’agit d’Infra Invest, filiale de Argan Invest. Un apport de près de 166 millions de DHLA Banque africaine de développement (BAD) a formalisé, mercredi dernier à Rabat, sa participation dans un fonds d’investissement marocain de 66 millions d’euros, soit plus de 729 millions de DH. La banque a ainsi apporté une contribution de 15 millions d’euros (près de 166 millions de DH). A ce titre, un pacte d’actionnaires a été signé entre l’organisme et la société Infra Invest, filiale d’Argan Invest (plateforme de gestion de fonds d’investissement du groupe FinanceCom).«La BAD s’engage généralement dans des projets d’infrastructures auprès d’organismes étatiques. C’est la première participation en fonds propres de la banque auprès d’une équipe marocaine de gestion de fonds d’investissement», déclare Amani Abou-Zeid, représentante de la BAD au Maroc.Ce fonds s’inscrit dans le cadre de l’Argan Infrastructure Fund (ARIF). Celui-ci est dédié aux investissements en infrastructures en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne pour une durée de 12 ans. Concrètement, ce sont 26,4 millions d’euros (près de 292 millions de DH) qui seront alloués à différents projets d’équipement et de développement au Maroc, soit 40% des ressources de l’Arif. 30% des fonds seront alloués aux autres pays de l’Afrique du Nord. Les 30% restants seront affectés à l’Afrique sub saharienne et particulièrement aux pays de l’Afrique de l’Ouest. «La BAD vise, à travers le financement de projets de développement, à améliorer le niveau de vie de la population dans les régions ciblées», explique Abou-Zeid. En effet, selon Wadii Rais, chargé du projet à la BAD, les investissements permettront de créer des emplois, d’augmenter les revenus fiscaux et de contribuer au développement durable des régions ciblées. Energie, transport, logistique, eau et services, environnement, télécommunications, infrastructures… autant de secteurs prioritairement ciblés par le fonds d’investissement. La BAD n’est pas la seule entité à contribuer à ce fonds d’investissement. La Banque mondiale (BM), la Banque européenne d’investissement (BEI) ainsi que différentes institutions internationales participeront à cette opération. La signature d’un accord entre Infra Invest et l’ensemble des bailleurs de fonds aura lieu en août.La BAD est fortement impliquée dans les projets de développement économique en cours au Maroc. En effet, celle-ci a déjà signé plusieurs accords de prêt, de garantie et de don. Ceux-ci ont touché notamment les secteurs de l’éducation (Programme d’urgence de l’éducation nationale), du transport (Projets aéroportuaires et autoroutes) et de l’eau (recharge des nappes phréatiques).


    Types de projets soutenus

    Plusieurs projets contribuant au développement des infrastructures bénéficieront des investissements du fonds Argan Infrastructure Fund (ARIF). Ceux-ci sont subdivisés selon plusieurs critères: la catégorie «greenfield» comprend les nouveaux projets dont le lancement n’a pas encore été réalisé. Quant à la classe «brownfield», elle regroupe les projets d’infrastructures dont l’exploitation a déjà démarré. A cela s’ajoutent les projets «corporate». Ceux-ci incluent notamment les opérations de privatisation.Othmane ARIDE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc