×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’ombre de 1982 plane sur le Liban

Par L'Economiste | Edition N°:2325 Le 24/07/2006 | Partager

. Une conférence à Rome pour un hypothétique cessez-le-feu. L’armée israélienne a déclenché une opération terrestreLA communauté internationale, qui cherche à obtenir un cessez-le-feu au Liban, se réunira ce mercredi 26 juillet à Rome pour une conférence internationale demandée par la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice. Il y sera question de «l’examen des moyens d’obtenir un cessez-le-feu et le déploiement éventuel d’une force multinationale de stabilisation» au Liban. Depuis le début des hostilités, 350 personnes ont été tuées au Liban depuis le 12 juillet, dont 310 civils. Du côté israélien, le bilan est moins lourd. Au total, ce sont 33 personnes (15 civils et 18 soldats) qui ont été tuées.Israël a élargi au 11e jour de son offensive meurtrière, déclenchée par la capture de deux de ses soldats par le Hezbollah, le champ de ses cibles en détruisant des antennes de télécommunication utilisées par des télévisions et des radios. L’armée israélienne a, par ailleurs, pris position hier, dimanche 23 juillet, dans le village libanais de Maroun al-Ras, à un kilomètre de la frontière avec Israël. Certains voient dans cette poussée en territoire libanais un prélude à une opération terrestre d’envergure contre le Hezbollah. La population locale craint une répétition des expéditions militaires israéliennes de 1978 et 1982. Des combats de rue ont opposé, pour la première fois depuis le début du conflit, le 12 juillet, des combattants du Hezbollah et des militaires israéliens à Maroun al-Ras. Les Etats-Unis, seul pays qui pourrait encore prévenir une opération terrestre d’envergure, refusent de demander un cessez-le-feu. Ils ont indiqué qu’ils voyaient l’élimination du Hezbollah comme une nécessité. Washington conserve donc son appui total à Israël. Le président George W. Bush a également établi, au cours de son allocution radiodiffusée hebdomadaire, samedi, un lien entre cette opération israélienne et la confrontation engagée contre les deux bêtes noires de Washington dans la région, la Syrie et l’Iran. Il a accusé la Syrie de soutenir le Hezbollah et de permettre son approvisionnement en armes venues d’Iran. Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Londres, Paris ou Genève pour réclamer la fin des opérations militaires israéliennes au Liban, à l’appel d’un mouvement pacifiste et d’organisations musulmanes. D’autres rassemblements ont eu lieu à Stockholm, Sydney ou Montréal. Le Caire est la seule exception du monde arabe où la rue a pu manifester sa colère. L’exode de milliers d’étrangers, fuyant les bombardements israéliens, continue, transitant principalement par Chypre, pays auquel l’Union européenne a proposé son aide. Le nombre d’étrangers évacués en un peu plus d’une semaine du Liban est évalué à plus de 20.000 dont 380 Marocains. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc