×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L’OCP double ses investissements en 2010

    Par L'Economiste | Edition N°:3212 Le 15/02/2010 | Partager

    . De 6 à 13 milliards de DH. Pipeline, Jorf Phosphate Hub, Maroc Central…. les projets visés . Des parts de marché gagnées sur les engraisL’OFFICE chérifien des phosphates (OCP) maintient le cap des investissements. Il compte engager 12 à 13 milliards de dirhams d’investissements contre 6 milliards en 2009. Une année marquée par la crise internationale et la baisse de la demande. L’Office a profité de ce ralentissement en misant sur le développement minier et dans la nouvelle laverie de Khouribga qui assurera une exploitation rationnelle et équilibrée du gisement. Cette laverie, qui sera prête en mars prochain, assurera une production de 7,2 millions de tonnes par an avant d’atteindre 12 millions de tonnes en 2012. Pour l’année en cours, l’Office compte aussi poursuivre le développement de sa capacité de production. S’y ajoute le pipeline reliant Khouribga à Jorf Lasfar et dont l’appel d’offres international vient d’être lancé. Ce pipeline assurera une baisse de coûts et aura aussi des retombées environnementales importantes. Il évitera ainsi l’émission de 900.000 tonnes de CO2 et permettra un gain d’énergie de 1.000 GWh et près de 3 à 4 millions de m3 d’eau par an. Par rapport à l’axe Safi-Benguerir, les travaux sur le pipeline sont envisagés pour 2015. Autres projets sur lesquels l’Office compte mettre le paquet cette année, Jorf Phosphate Hub et Maroc Central. Pour le premier, l’OCP prévoit toute une infrastructure pour accueillir les IDE. A ce niveau, dix nouvelles unités de traitement y sont programmées et un appel à candidature pour la première unité vient d’être lancé auprès des plus gros acteurs d’engrais. Le phosphatier, qui veut faire de Jorf Lasfar la première plateforme chimique de production d’engrais dans le monde, mise sur les infrastructures qui y seront développées pour en faire un site compétitif. Il s’agit en l’occurrence du port et des capacités de stockage du soufre et de l’ammoniac. Concernant Maroc Central, l’OCP veut investir dans des pipelines d’eau à partir du barrage Al Massira et d’Aït Massoud. Ce qui lui permettra de ne plus utiliser l’eau souterraine, mais celle de surface qui reste renouvelable. Ce projet lui permettra aussi de s’assurer la disponibilité de l’eau à long terme, un élément majeur pour la compétitivité du Maroc en tant que producteur de phosphates. Ces pipelines serviront aussi au transfert de l’eau vers des villes comme Khouribga où l’Onep ne dispose pas de capacités suffisantes. Pour l’heure, une partie de ce projet est assez avancée et deux appels d’offres sont lancés pour la réalisation des pipelines. La participation d’entreprises marocaines est également attendue au même titre que pour le pipeline de Jorf Lasfar. L’Office veut faire profiter les PME nationales de ses projets. Pour cela, il encourage les partenariats entre les entreprises internationales et marocaines et exige d’une partie des chantiers soit réalisée par les entreprises locales. Par ailleurs et malgré la crise, l’OCP a su tirer son épingle du jeu en 2009. Il a réalisé ses objectifs en termes de budget et son chiffre d’affaires s’est établi à 20,7 milliards de dirhams, soit un niveau identique à 2006-2007. Et en deça des performances réalisées en 2007-2008, années exceptionnelles avec des cours qui ont atteint 400 dollars la tonne. Le groupe a également réussi a boosté ses ventes une fois la reprisé amorcée en juillet 2009. Le chiffre d’affaires réalisé en 2009 le conforte dans ses orientations stratégiques. A elles seules, la production ainsi que les ventes d’engrais ont atteint le niveau de 2 millions de tonnes alors qu’en 2007 et 2008, elles étaient respectivement de 1,4 million et 1,7 million de tonnes. Le groupe a pu gagner de nouvelles parts de marché sur les engrais (44% en 2009 contre 38% en 2008). Cette reprise, entamée dès le second semestre 2009, se poursuit. Pour le mois de janvier 2010, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires important, soit 300 millions de dollars (2,4 milliards de dirhams), renouant ainsi avec les niveaux réalisés en janvier 2008.


    Spécialisation des plateformes

    L’OCP travaille sur une spécialisation des plateformes chimiques de Safi et Jorf Lasfar. La première s’oriente ainsi vers les engrais de type TSP et les aliments pour le bétail, et la seconde tend vers une production de DAP. Même si cette spécialisation n’était pas programmée au départ, l’Office s’y achemine de manière progressive. Représentant un danger, le pipe de Safi qui transporte de l’ammoniac du port aux installations chimiques n’est plus opérationnel. Par conséquent, toute la production d’engrais azotés est suspendue. Elle pourrait reprendre lorsque le nouveau port sera mis en service.Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc