×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

L’huile d’argan décroche un label de protection

Par L'Economiste | Edition N°:3016 Le 04/05/2009 | Partager

. Une première dans le continent africain . Une AOC pour l’huile d’olive de Tiout L’huile d’argan a désormais une Indication géographique de protection (IGP). Le document de reconnaissance a été remis par SM Mohammed VI au groupement demandeur, l’association Amigha. C’était lors de la clôture du Salon international de l’agriculture de Meknès. En cette occasion, l’huile d’olive de Tiout a également décroché une Appellation d’origine contrôlée (AOC). Selon Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, la mise en place de ces labels est une première à l’échelle du Royaume et même au niveau du continent africain. A noter que c’est la Commission nationale des signes distinctifs d’origine et de qualité (CNSDOQ) qui, après étude des cahiers des charges relatifs, a délivré ces reconnaissances. Pour les groupements demandeurs, c’est une véritable consécration des efforts mis en œuvre. Ceci surtout que les labels obtenus sont le résultat d’une démarche participative avec une forte implication des membres des coopératives concernées. Une première action du genre dans le royaume après la promulgation de la loi 25-06 relative aux signes d’origine et de qualité des produits agricoles et halieutiques.Dans le cas de l’huile d’argan, pour l’obtention de l’IGP, c’est un long processus de sensibilisation qui a été orchestré tout d’abord. Une démarche qui a abouti à la création en janvier 2008 de l’Association marocaine de l’indication géographique de l’huile d’argan «Amigha». Il faut aussi souligner que l’Amigha a bénéficié dans sa démarche de l’appui d’organismes de recherche désireux d’apporter leur contribution à la mise en œuvre de l’opération. Par ailleurs, l’association a été accompagnée de l’expertise des membres du réseau d’OriGIn (Organisation for international geographical indication network). A noter aussi que la coopération d’experts français de la région Aquitaine a contribué à la mise au point du cahier des charges de l’IGP argan. Aujourd’hui après l’obtention de l’IGP, il s’agit maintenant d’accompagner les producteurs dans l’application des règles fixées dans le cahier des charges, précise Mohamed Ourais, président de l’Amigha. Au programme également la mise en place du plan de contrôle pour la certification des opérateurs, que prendra en charge un bureau marocain, spécialiste en la matière. Par ailleurs, Amigha va engager auprès de la Commission européenne la procédure de reconnaissance et de protection de l’IGP Argan en Europe. Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]miste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc