×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’Etat français au secours de Renault et PSA

Par L'Economiste | Edition N°:2960 Le 10/02/2009 | Partager

. Il va prêter 3 milliards d’euros à chacun des deux constructeurs. Pas de fermeture d’usines L’Etat va prêter 6 milliards d’euros à Renault et PSA Peugeot Citroën, une somme répartie à part égale entre les deux constructeurs français, dans le cadre de son plan d’aide au secteur qui devait être dévoilé hier, rapporte la presse économique française. Cette aide sera accordée sous forme de prêt à taux préférentiel et en contrepartie, les deux groupes s’engagent à ne pas licencier et à ne pas fermer de site en France. Renault et PSA promettent en outre de verser un dividende modéré et les bonus des patrons des deux groupes seront réduits. Les montants prêtés correspondent à la fourchette haute de l’engagement promis par le Premier ministre français, François Fillon, qui avait annoncé fin janvier que le soutien de l’Etat aux constructeurs serait au total de «l’ordre de 5 ou 6 milliards d’euros». Le chef du gouvernement avait averti à cette occasion qu’il n’y aurait «pas d’effort de l’Etat sans engagement des constructeurs», en particulier sur le maintien de la production en France. Les montants prêtés pourraient être supérieurs à ces 6 milliards si l’Etat vient aussi soutenir le constructeur de camions Renault Trucks, également en crise et détenu par AB Volvo. Fin janvier, le secrétaire d’Etat à l’Industrie, Luc Chatel, avait détaillé les contreparties attendues par l’Etat: pas de fermeture d’usine en France, un engagement de soutien aux sous-traitants et la suppression des bonus et des dividendes pour les dirigeants et actionnaires. L’Etat a déjà débloqué en décembre une enveloppe de prêts à taux réduit de 1 milliard d’euros pour les filiales de crédit des deux constructeurs automobiles. Il a aussi institué une prime à la casse pour encourager le renouvellement du parc automobile. Depuis la mi-2008, le secteur traverse une sévère crise contraignant les deux groupes à des fermetures temporaires de sites en fin d’année. Les ventes de voitures ont encore reculé de 7,9% en France en janvier 2009, après des chutes d’environ 15% en novembre et décembre. Le président français Nicolas Sarkozy devait se réunir hier après-midi à l’Elysée avec les acteurs du secteur automobile pour leur présenter son plan de soutien à la filière.J. K.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc