×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    L’argan décroche son indication géographique

    Par L'Economiste | Edition N°:3209 Le 10/02/2010 | Partager

    . L’utilisation de l’appellation soumise à un certificat . Le respect du cahier des charges assuré par le privéL’INDICATION géographique «Argane» a obtenu sa labellisation. Une reconnaissance qui la fait bénéficier en quelque sorte du statut de «protection intellectuelle», la défendant ainsi de toute concurrence déloyale. Demandée par l’Association marocaine de l’indication géographique de l’huile d’argan (AMIGHA), l’indication géographique Argane ne bénéficie qu’à l’huile d’argan produite conformément à un cahier des charges. Elle permet donc conformément à la loi 25-06, relative aux signes distinctifs d’origine et de qualité des produits agricoles et des denrées alimentaires, de valoriser ce produit du terroir, de protéger le savoir-faire et les intérêts des producteurs et aussi de promouvoir une meilleure organisation de la filière Argane. Cette reconnaissance constitue aussi un des principaux objectifs de l’Amigha, association créée en 2008 à l’initiative du conseil régional du Souss-Massa-Drâa.Concrètement, tout producteur qui veut utiliser l’appellation «Argane» doit disposer d’un certificat délivré par un organisme de contrôle et visé par le ministère de l’Agriculture. Pour cela, il devra se conformer à un cahier des charges très précis. Ce dernier souligne que l’aire géographique couverte par l’indication Argane est située dans la frange littorale s’étendant du nord d’Essaouira au sud de Tiznit avec des projections continentales dépassant les 100 km et allant jusqu’à des altitudes de 1.500 m, essentiellement sur les revers méridionaux du Haut-Atlas et les expositions nord de l’Anti-Atlas. Cette aire géographique englobe les communes rurales et urbaines réparties entre Taroudant, Essaouira, Tiznit, Agadir-Ida-Outanane, Inezgane-Aït Melloul, Chtouka Aït Baha, Safi, Chichaoua et Guelmim. Le cahier des charges précise aussi les caractéristiques chimiques (teneur en acide gras et organoleptique) de l’huile d’argan. Idem pour les conditions de production. L’huile doit être extraite exclusivement des amandes des fruits de l’arganier, la collecte doit s’effectuer entre les mois de juin et fin septembre. Quant au séchage, il doit se faire au soleil et le stockage ne devrait pas dépasser 36 mois. Le dépulpage peut être manuel ou mécanique alors que la production de l’huile peut être artisanale ou semi-mécanisée. Quant au contrôle du respect du cahier des charges, il est assuré par le privé. Celui-ci opère conformément au plan de contrôle établi. Ce dernier définit les critères et la méthodologie devant être suivis par l’organisme de contrôle et de certification afin d’évaluer la conformité du produit et des pratiques de production d’un opérateur demandeur, et ce, par rapport aux spécifications du cahier des charges de l’IGP «Argane».K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc