×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’ampleur de la récession économique selon le FMI

    Par L'Economiste | Edition N°:2890 Le 28/10/2008 | Partager

    . Il prévoit un ralentissement sensible de l’économie mondiale. Des mesures pour briser la chaîne de réaction entre secteur financier et économie réelle Le Fonds monétaire international (FMI) a averti que l’économie mondiale connaît un ralentissement sensible face à la crise la plus grave sur les marchés financiers arrivés à maturité depuis les années 30, et il a préconisé des mesures énergiques et coordonnées pour éviter un scénario plus défavorable. Selon son dernier rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale datant de ce mois d’octobre, la croissance mondiale ralentira considérablement pendant la 2e partie de 2008, avant de se redresser modérément au second semestre de 2009. Dans les pays émergents et les pays en développement, elle tombera à des niveaux bien plus faibles que dans un passé récent. «Manifestement, la crise financière s’est aggravée et aucun pays ne sera totalement à l’abri de ses effets sur l’économie réelle. Il est trop tard pour éviter un ralentissement, mais des mesures énergiques et coordonnées peuvent éviter des scénarios encore plus défavorables», a déclaré Olivier Blanchard, conseiller économique du FMI et directeur du département des Etudes. Les mesures à prendre sont d’ordre financier et macroéconomique, a noté Blanchard. À court terme, a-t-il déclaré, des mesures systémiques de la fourniture de liquidités à l’achat d’actifs sont essentielles pour rétablir la stabilité et la confiance sur les marchés financiers, alors que, dans de nombreux pays, les politiques monétaires et budgétaires peuvent atténuer les effets d’une baisse de la demande et briser la chaîne de réaction négative entre le secteur financier et l’économie réelle. «Avec de telles mesures en place, il est raisonnable de prévoir que le redressement commencera en 2009 et prendra de l’ampleur en 2010», a noté Blanchard. «Les pays avancés sont proches de la récession et le redressement en 2009 sera exceptionnellement graduel au regard du passé», a déclaré Blanchard.Dans les pays émergents et les pays en développement, la croissance continuera de fléchir, selon le rapport, pour s’établir un peu au-dessous de la tendance au deuxième semestre de 2008. La croissance tombera ensuite à 6,1% en 2009. «Les pouvoirs publics dans le monde entier font face à une tâche difficile: ils doivent stabiliser la situation financière tout en gérant prudemment leur économie pendant une période de ralentissement de la croissance et d’accélération de l’inflation», a noté Blanchard. J. K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc