×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    L’Amérique s’invite à Fès

    Par L'Economiste | Edition N°:3173 Le 18/12/2009 | Partager

    . Franc succès pour «America day». Première journée portes ouvertes de l’ambassade des USA . Objectif: dépoussiérer les projets du MCC FES est une ville stratégique pour les Etats-Unis d’Amérique. C’est ce qui ressort, en effet, d’ «America day», une journée portes ouvertes organisée, mercredi dernier, par l’ambassade des USA et l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès (USMBAF). Le complexe culturel Al Houria, qui a abrité cette manifestation, a fait salle comble pour l’occasion. Première du genre, cette journée a connu un franc succès. Elle a réuni d’éminents chercheurs universitaires, étudiants, opérateurs économiques, élus et autorités locales. Saisissant cette opportunité, les organisateurs ont mis l’accent sur les multiples facettes de l’amitié maroco-américaine. «Une amitié qui remonte à 1776 quand le sultan Sidi Mohamed Ben Abdellah avait reconnu l’Etat des USA», indique Farissi Serghini, le président de l’université. Et d’ajouter: «aujourd’hui, le partenariat doit être boosté à son plus haut niveau… Notre université veut participer activement à l’accord de libre-échange (ALE) à travers des programmes de recherche, mais aussi des visites de délégations d’universitaires de part et d’autre». Même son de cloche auprès de Samuel L. Kaplan, ambassadeur des USA au Maroc, pour qui la rencontre de Fès consolide les relations d’amitié «réelle» qui lient le Maroc et les Etats-Unis. «Des relations qui ne se limitent pas seulement aux visites de courtoisie, mais représentent un appui fort pour le Royaume». Ceci, à travers notamment la signature d’un nombre de conventions de partenariat dans plusieurs domaines, l’appui apporté par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et le Millenium Challenge Corporation (MCC) à plusieurs projets de développement au Maroc. Pour ce dernier volet, l’accord signé en août 2007 avec le Millenium Challenge Account (MCA) porte sur une enveloppe budgétaire de 697,5 millions de dollars. Il a pour objectif d’augmenter le PIB national d’environ 118 millions de dollars annuellement et bénéficiera directement à quelque 600.000 familles. Administré par l’Agence du partenariat pour le progrès, le programme s’étale sur cinq ans et se décline comme suit: amélioration de la productivité agricole (300,9 millions de dollars), mise à niveau de la pêche artisanale (116,2 millions de dollars), renforcement des services financiers (46,2 millions de dollars), soutien à l’entreprise (33,9 millions de dollars), et développement de l’artisanat et médina de Fès (111,9 millions de dollars). A ce titre, le diplomate américain se réjouit de l’importance des projets planifiés dans le cadre du MCC à Fès. Accompagné de son épouse et du wali de Fès, Mohamed Rharrabi, Kaplan s’est enquis (mardi) des projets de restauration de la médina inscrits dans cette démarche. Selon lui, la ville de Fès a su concilier modernité et authenticité. Les fonds que lui octroie le MCC visent à consolider sa position et participer davantage à son rayonnement. Ils sont destinés aussi au développement de l’artisanat. Secteur qui bénéficiera d’un appui à la production, la promotion et la formation professionnelle. Dans le détail, l’appui à la production absorbera une enveloppe de 9,57 millions de dollars. L’objectif étant d’aider les potiers de Fès à améliorer la productivité et la qualité de leurs produits en investissant dans l’acquisition d’un nouvel outil de production (four à gaz). Lequel permettra de diminuer la dégradation de l’environnement, notamment la pollution atmosphérique causée par les émanations des fours traditionnels. En tout cas, «America day» a dépoussiéré bon nombre de projets. Riche en activités à caractère académique, économique et culturel, cette journée sera reconduite au niveau d’autres villes pour étudier les moyens de renforcer le partenariat bilatéral dans divers domaines, conclut l’ambassadeur américain.


    PME et mono-artisans

    UN montant de 10,6 millions de dollars a été réservé au volet promotionnel. Ce projet vise à élargir l’offre globale de la ville en proposant à la fois des circuits touristiques mixtes et des circuits dédiés à l’artisanat intégrant les nouveaux espaces d’artisanat (notamment les fondouks). Le but est de donner plus d’attractivité et de richesse aux points finition-vente de Fès, et inciter, persuader et orienter les visiteurs à acheter plus de produits artisanaux à travers une meilleure cartographie de la fonction associée à l’achat de produits artisanaux. De même, une étude des besoins en promotion est prévue. Celle-ci se fera autour de différents axes ayant trait aux besoins de promotion des mono-artisans et PME d’artisanat, des circuits touristiques intégrant l’artisanat, et d’un label national. Sans oublier la mise en place de kiosques d’information et de stands mobiles à l’entrée de la médina. Par ailleurs, la formation professionnelle des artisans coûtera 32,8 millions de dollars. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc