×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’américain GM choisit Magna pour racheter Opel

Par L'Economiste | Edition N°:3107 Le 14/09/2009 | Partager

. Opel compte économiser 1,2 milliard d’euros. Magna pourrait supprimer 10.000 emploisLe constructeur automobile américain General Motors (GM) et la chancelière Angela Merkel ont annoncé la semaine dernière la vente d’Opel à l’équipementier canadien Magna, adossé à la banque russe Sberbank, comme le voulait le gouvernement allemand. A 2 semaines des législatives à l’issue desquelles elle devrait se succéder à elle-même, c’est à la chancelière conservatrice, rayonnante, qu’il est revenu d’annoncer la nouvelle. «Le conseil d’administration de GM a décidé de vendre Opel à Magna», a-t-elle déclaré devant la presse. «Je me réjouis vivement» de cette décision.Le géant américain a confirmé peu après, en précisant que certains points devraient encore être négociés et que l’accord définitif ne serait pas signé avant «les toutes prochaines semaines». Donc après les élections allemandes. Ça devrait être fait d’ici la fin novembre, a indiqué le vice-président de GM, John Smith.Magna, pour sa part, a remercié General Motors pour son approche «constructive» pendant la négociation, et le gouvernement allemand, important soutien financier de son projet. Le canadien a précisé, dans un communiqué, que le consortium «envisageait» d’investir à terme 500 millions d’euros dans le capital-actions.GM doit céder 55% d’Opel et Vauxhall à Magna/Sberbank, qui devraient se partager cette part à moitié-moitié, et 10% aux salariés. L’américain conserverait ainsi 35% de ses anciennes filiales européennes. Mais le groupe de Detroit doit encore négocier avec les syndicats sur la restructuration d’Opel/Vauxhall, victime comme la concurrence de surcapacités de production en Europe. Il a déjà annoncé son intention de fermer progressivement l’usine d’Anvers, en Belgique, qui emploie plus de 2.000 personnes.Opel compte économiser 1,2 milliard d’euros, indique le patron de GM Europe Carl-Peter Forster dans une interview au magazine WirtschaftsWoche. Pour y parvenir, il faudra supprimer «plusieurs milliers d’emplois», avertit-il.Magna, dont l’offre repose sur l’obtention de plusieurs milliards d’euros de garanties publiques en Allemagne, avait promis de ne pas fermer de site dans le pays, mais pourrait supprimer environ 10.000 emplois. Les aides publiques devraient être remboursées d’ici 2014, a promis Smith. «Je sais que ce n’était pas une décision facile pour General Motors, mais je me réjouis qu’Opel ait maintenant un avenir», a commenté Klaus Franz, chef du Comité d’entreprise d’Opel.Les 25.000 salariés allemands d’Opel (pour un total de 50.000 en Europe) sont échaudés depuis des mois par les atermoiements de leur maison-mère et les rumeurs sur l’envie soudaine de GM de conserver Opel et Vauxhall.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc