×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’accord de paix final au Sud-Soudan signé à Nairobi

Par L'Economiste | Edition N°:1935 Le 10/01/2005 | Partager

. Préalable indispensable pour négocier avec les rebelles du DarfourL’accord de paix final au Sud-Soudan mettant un terme au plus ancien conflit en cours en Afrique a été signé entre le vice-président soudanais, Ali Osman Taha, et John Garang, chef de la rébellion sudiste de l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), le 9 janvier à Nairobi, ont constaté des journalistes de l’AFP. La signature s’est déroulée au cours d’une cérémonie officielle, en présence de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement africains et de représentants de la communauté internationale, dont le secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, dans un des deux grands stades de Nairobi, le Nyayo Stadium, proche du centre-ville. L’accord a été contresigné par le président kenyan Mwai Kibaki et son homologue ougandais Yoweri Museveni, président de l’Autorité régionale intergouvernementale de développement (IGAD), le rassemblement de sept pays qui a organisé la médiation dans le processus de paix. Powell a également signé les documents avec d’autres témoins de l’accord, notamment la ministre norvégienne de la Coopération internationale, Hilda Johnson. L’accord de Nairobi met fin à un conflit vieux de 21 ans, le plus ancien en cours en Afrique. La guerre, qui a éclaté en 1983 quand l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), issue du Sud à majorité chrétienne et animiste, s’est rebellée contre le Nord arabo-musulman, a fait au moins 1,5 million de morts et quatre millions de déplacés. Mais cet accord ne ramène pas encore la paix dans l’ensemble du Soudan, où un autre conflit a éclaté en février 2003 dans le Darfour (Ouest), faisant plus 70.000 morts et 1,6 million de déplacés. La paix dans le Sud est toutefois considérée comme un préalable indispensable à l’avancée des négociations entre Khartoum et les groupes rebelles du Darfour.Synthèse L’Economiste 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc