×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Ksar Sghir: Un site archéologique menacé par une autoroute

Par L'Economiste | Edition N°:2125 Le 07/10/2005 | Partager

. Au milieu du tracé routier, il risque d’être détruit. Le tissu associatif se mobiliseL’ASSOCIATION Tadaoul pour l’éducation et l’environnement tire la sonnette d’alarme sur la situation du site de Dhar Dasekfane (cf. www.leconomiste.com). Dans un communiqué, elle demande l’intervention urgente des autorités et du ministère de la Culture en particulier pour protéger ce qu’elle qualifie de «découverte importante». L’Association plaide aussi pour son classement et sa protection afin de pouvoir dans le futur l’exploiter à des fins éducatives et scientifiques. A noter que le site de Dhar Dasekfane avait été découvert lors des fouilles sur le trajet de l’autoroute d’oued Rmel en août dernier. Le site contient d’importants vestiges de l’époque phénicienne et romaine, mais il se situe en plein dans le tracé de la future autoroute qui desservira le port de TangerMed. Le site de Dhar Dasekfane recèle de vraies richesses archéologiques. Sur une superficie d’environ un hectare, il se trouve à quelques centaines de mètres du noyau urbain de Ksar Sghir, sur le flanc gauche de l’oued Ksar Sghir. Cette disposition est très typique des sites puniques et rappelle celle de Cotta, à côté de Cap Spartel et de Lixus, près de Larache. Le site est actuellement en statut de fouille de sauvetage. Mais il est peu probable que le site puisse être conservé, au moins dans sa situation actuelle. «Il serait extrêmement difficile de déplacer le tracé de l’autoroute», note un responsable de chez Autoroutes du Maroc qui a elle-même financé les travaux de la fouille de sauvetage. Au mieux, une solution du type transfert vers un autre lieu à côté de l’autoroute serait impensable, les coûts d’une telle opération sont prohibitifs.A noter que le patrimoine archéologique de la région est en dégradation constante. Lixus, à titre d’exemple, l’un des complexes de salaison de poisson de l’époque romaine les plus grands du monde, est actuellement un espace de pâturage pour les agriculteurs de la région.Pour Tadaoul, il s’agit de créer un esprit de sensibilisation pour la conservation des richesses archéologiques de la région du Nord.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc