×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Kosovo : L'UCK cède la place au TMK

    Par L'Economiste | Edition N°:601 Le 23/09/1999 | Partager

    · Après de longues négociations, les dirigeants de l'OTAN et ceux de l'ancienne guérilla indépendantiste sont parvenus à un accord


    L'Armée de Libération du Kosovo (UCK) se transforme en "Corps de protection du Kosovo" (TMK) avec pour "commandant en chef" l'ancien dirigeant militaire de l'UCK, Agim Ceku. L'accord de transformation a été signé lundi à 21h30 locales par les chefs politique et militaire de l'ancienne guérilla indépendantiste, l'administrateur de l'ONU, le commandant suprême des forces de l'OTAN en Europe et le commandant de la KFOR (force de l'OTAN).
    Les négociations sont restées bloquées pendant plusieurs jours en raison notamment de points de blocage sur l'armement de cette nouvelle force. L'OTAN et l'ONU ont toujours défendu la création d'une "force civile" destinée à la sécurité civile et la reconstruction de la province. L'UCK, pour sa part, voulait rester une armée pour assurer la future indépendance du Kosovo.
    Désormais, le TMK sera réorganisé en six zones, les cinq premières étant calquées sur les zones de la KFOR et la sixième maintenue en Drenica, région historique de l'ancienne guérilla indépendantiste.

    Il comptera environ 5.000 hommes dont 3.000 actifs et 2.000 réservistes. Ils porteront un écusson orange représentant la carte du Kosovo. 10% d'entre eux viendront des minorités ethniques, mais auront l'interdiction de s'engager dans la vie politique.
    Sur la question très sensible des armes, le TMK en détiendra en permanence 750 dont 200 fusils mitrailleurs Kalachnikov et ses membres pourront utiliser sous-contrôle de la KFOR 1.800 autres armes. Par ailleurs, trois équipes de onze hommes assureront la "protection rapprochée" des cadres de la TMK avec une cinquantaine de pistolets mitrailleurs (typeMP-5). 250 officiers seront autorisés par le biais de permis de port d'armes, à disposer d'une arme de poing. 200 autres armes seront destinées à deux centres d'entraînement de la "force civile". Le TMK disposera d'une dizaine d'hélicoptères "Blackhawk".

    Nadia BELKHAYAT (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc