Culture

Khmissa 2006
Les 5 femmes de l’année, mais les autres aussi

Par | Edition N°:2227 Le 06/03/2006 | Partager

. Le palmarès révélé samedi à Marrakech. Un vibrant hommage au militantisme féminin Plus que jamais séduit par les belles voix féminines, le public marocain, lors de la cérémonie Khmissa 2006, a offert deux des trophées à Karima Skalli et Saloua Chaoudri. La première élue dans la catégorie culture, la seconde dans le secteur de l’action sociale et le développement durable. L’une consacre sa carrière au chant spirituel, l’autre chante pour les enfants, mais toutes les deux ont été sélectionnées grâce à un vote massif du public. Plus de 20.000 personnes ont, selon les organisateurs, participé à départager les 25 candidates, via SMS ou coupons-réponse. Asma Laraki, gagnante de la catégorie entreprise et service public, Souhir El Mtouni, de la catégorie sport et Fouzia Rhissassi, pour la section droits humains complètent Khmissa 2006 (voir encadré).Le palmarès a été révélé au cours de la soirée du samedi 4 mars, au Palais des congrès à Marrakech, lieu dorénavant associé à cette manifestation. Plusieurs personnalités sont venues soutenir les cinq femmes de l’année. Entre autres, Yasmina Badou, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, et Mounir Chraïbi, wali de la région de Haouz Tensift. Une soirée, par ailleurs animée par de grands noms de la chanson arabe et occidentale, comme Fadel Chaker et Lara Fabian.La sélection de Khmissa de cette année aura certainement été des plus difficiles. Les 25 noms choisis par le comité d’éthique représentent tous de longues carrières de lutte pour le développement: Marie-Louise Belarbi, Zakia Daoud, Zahra Zaoui, Amina Yabis, Hyat Ziari…Mais «ce n’est pas une compétition, c’est tout simplement une fête», a tenu à préciser Ahmed Rahou, président directeur général du groupe Lesieur Cristal, société sponsor de l’événement. D’ailleurs, cette manifestation devenue annuelle a permis de mieux faire connaître le travail de la totalité des candidates. Reportages télévisés ou encore catalogues illustrés reviennent sur les carrières exceptionnelles de ces femmes. La cérémonie Khmissa a également été marquée par un émouvant hommage rendue à deux femmes marocaines hors du commun. Malika Fassi, l’une des premières résistantes marocaines, la seule femme dont la signature est gravée sur le manifeste de l’indépendance. Malika Fassi est également la première femme à avoir publié des articles dans la presse nationale. Sous un pseudonyme certes, vu le contexte extrêmement machiste de l’époque, ce qui est tout à son honneur. Un second hommage a été rendu à Malika Benouhoud, présidente fondatrice de l’association Al Issant. Une grande figure qui a depuis toujours été au chevet de l’enfance en difficulté. Plusieurs structures ont bénéficié de son soutien permanent: SOS autisme, Agir, Association de lutte contre le cancer… Abdelhadi Boutaleb, ancien conseiller de feu Hassan II, a tenu à revenir sur le courage et la persévérance de ces deux infatigables militantes.


Palmarès

. Action sociale et développementSaloua Chaoudri est vice-présidente de l’association «Al Mahabba wa Likhlasse». Elle met également sa douce voix et son talent artistique au profit du soutien de l’enfance. Chaoudri a enregistré deux albums de chansons pour enfants au bénéfice de l’association qu’elle dirige.. Entreprise et service publicAsma Laraki est membre actif de la commission de formation CNIA. Elle est également connue pour son activité sociale. Laraki représente, par ailleurs, l’Onu à Casablanca.. SportSouhir El Mtouni a longtemps dominé le championnat national avec 12 médailles d’or. Elle s’est, en outre, illustrée au niveau africain en remportant plusieurs titres en Afrique et dans le monde arabe.. CultureKarima Skalli est la chanteuse marocaine dont le nom est associé à la musique spirituelle. Elle a à son actif 6 albums.. Droits humainsFouzia Rhissassi est universitaire et fondatrice du groupe universitaire d’Etudes féminines à la faculté des lettres de Rabat. Elle est aussi membre de la commission sur l’intégration de la femme au développement auprès du secrétariat d’Etat chargé de la Solidarité.


Un trophée pour les femmes politiques

«Il faut penser à prévoir, pour les éditions à venir, un trophée Khmissa pour les femmes politiques», a clamé Yasmina Badou, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, des Enfants et des Personnes Handicapées. Celle-ci, venue remettre le dernier trophée de la soirée, s’est étonnée que ce domaine, où les femmes prennent de plus en plus de place, ne soit pas au programme. Revendication plus que légitime, l’image de la femme restant malgré tout associée au secteur associatif ou culturel, moins au développement de l’entreprise et de l’économie, encore moins à la politique. Signalons également que journalistes et femmes de la communication doivent également prendre leur mal en patience: la catégorie média a également été abandonnée cette année, remplacée par les droits humains. Difficile de récompenser toutes les compétences féminines marocaines.Ichrak MOUBSIT

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc