×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Khmissa 2005, des héroïnes ordinaires

Par L'Economiste | Edition N°:1972 Le 07/03/2005 | Partager

. Les gagnantes: Cinq femmes qui contribuent à faire avancer le Maroc. Hommage posthume à Naoual Maskali, la voix francophone des matinées de Médi 1 et Mama FamaLe rideau est tombé sur la cinquième édition de remise des trophées Khmissa. Un rideau qui a eu du mal à se lever. En effet, la cérémonie qui se déroulait à Marrakech au Palais des Congrès, le 5 mars, a démarré avec pratiquement deux heures de retard. Les VIP ont apparemment eu beaucoup de mal à arriver à l’heure. Cela n’a pas empêché le public de faire honneur aux femmes du Maroc et d’ailleurs. Venu célébrer la gent féminine, il a fait preuve d’indulgence. Le cocktail d’émotion et de divertissement programmé a plus ou moins fait son effet. Emotion d’abord pour Naoual Maskali, la voix francophone des matinées conseil de Médi 1. Très peu de temps après sa nomination dans la catégorie Médias avec sa collègue Saïda Ayadi, sa voix, emportée par la maladie, s’est éteinte définitivement des ondes de la radio. Mama Fama, militante jusqu’à son dernier souffle pour une société équitable, a eu également droit à un hommage posthume. A part cela, 25 femmes étaient nominées dans les catégories culture, social, entreprise, média et sport. Des stars, des femmes habituées aux feux de la rampe, et des inconnues. Des femmes bardées de titres et d’autres simplement diplômées de l’école de la vie. Bref, une cérémonie sans frontières sociales où le Maroc d’en haut a déroulé le tapis rouge à celui d’en bas. L’objectif était d’honorer celles qui, par leurs actions ou leur métier, contribuent à faire avancer le Maroc vers le progrès et la modernisation. Le public a participé à l’élection des lauréates de l’année khmissa via SMS, courrier, coupons-réponses et Internet. Si seulement cinq femmes sont reparties avec le trophée lancé par le magazine Citadine en 1997, “toutes méritaient de gagner”, selon Najat M’Jid, présidente du comité d’éthique. Chadia Cherkaoui (catégorie Culture) traductrice d’une pièce de Camus en berbère, Fatima Lekhal (catégorie Entreprise) éleveuse de moutons et véritable success-story de la micro-finance, Kaima Bellouchi (catégorie Médias) journaliste de presse sportive, Karima Aït Larbi (catégorie Sport) championne de taekwondo et Aïcha Handara (catégorie Social) accoucheuse dans un douar enclavé du Haouz. Cinq femmes au parcours original et ovationnées par le public. Lesieur Cristal, partenaire de Khmissa, a remis un chèque de 100.000 DH à la sage-femme traditionnelle pour l’aider dans ses actions de sensibilisation et de vulgarisation relatives à la petite enfance, l’allaitement maternel, l’hygiène des mères, etc.Pour cette cinquième édition enfin, le magazine Citadine a fait les choses en grand en donnant à l’événement une dimension internationale. D’abord avec la participation d’artistes de tous les horizons: l’Algérien Faudel, la Marocaine Sophia Essaïdi, la Française Nicoletta, le Sénégalais Mouss Diouf et le Tunisien Saber Robaii… Et par ailleurs, Khmissa s’est enrichi cette année d’un partenariat avec le quotidien égyptien Al-Ahram. Une importante délégation de journalistes et d’artistes a représenté le pays des pharaons qui prévoit de reprendre le principe marocain de l’événement. Et d’organiser une version pour tous les pays du Moyen-Orient. Cinq prix spéciaux ont été remis en fin de soirée à cinq femmes égyptiennes.


Hommage aux pionnières

Quatre dames et une association ayant marqué dans chacune des cinq catégories l’histoire contemporaine du royaume ont également reçu une Khmissa. Jamila Bouayad, première femme à avoir déposé un registre de commerce; Malika Méliani, journaliste radio connue pour son émission “Assayida Leïla”; Hajja Hamdaouia, icône de la chanson populaire marocaine; Fatima Aouam, championne d’athlétisme; Mama Fama et le collectif de l’Egalité qui a œuvré pour la réforme de la Moudawana. Fatima El Ouafi

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc