×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Kenz Art: Une galerie spécialisée dans la peinture orientaliste

    Par L'Economiste | Edition N°:408 Le 25/12/1998 | Partager

    Ouverte depuis le début de novembre, la galerie Kenz Art est à sa deuxième vente de tableaux orientalistes. A travers des prix "bien étudiés", ses promoteurs espèrent ratisser le plus large possible.


    Située sur le Boulevard Zerktouni à Casablanca, la galerie Kenz Art séduit le visiteur par la simplicité de son intérieur et la richesse picturale des oeuvres exposées.
    Tous les tableaux sont importés des pays européens. Leur prix varie entre 3.200 et 50.000 DH. A travers ces tarifs, les propriétaires de la galerie cherchent à stimuler la curiosité de la clientèle potentielle souvent découragée par le prix.
    "Notre premier objectif est de faire connaître la peinture orientaliste pour un large public. Cet art est souvent méconnu par rapport à d'autres écoles de peinture", souligne Mme Nadia Guessous, responsable de la galerie.
    L'investissement aura coûté un peu près de 2 millions de DH entre immobilisations, aménagements internes, équipements et importations des tableaux.
    La décoration intérieure de la galerie est "dépouillée". Des murs blancs sans aucun effet de style. Ce choix se justifie, d'après ses promoteurs par les conseils des professionnels.

    Ces derniers recommandent aux nouveaux venus dans ce domaine de privilégier la sobriété et de mettre l'accent sur les objets exposés. Ainsi des murs purs et des façades épurées permettent au visiteur de se concentrer sur l'oeuvre et non sur le design intérieur. "Si la décoration intérieure de la galerie est trop sophistiquée, le regard du visiteur risque de s'attarder davantage sur celle-ci et non sur les tableaux exposés. Or, pour une galerie, l'essentiel est de mettre en valeur son produit et non pas le lieu", indique Mme Guessous. L'essentiel du travail doit s'articuler sur l'éclairage et le traitement de l'air.
    Côté communication, la galerie participera le 8 janvier prochain à une vente aux enchères pour une oeuvre de bienfaisance. A part cette action classique, la galerie développe un partenariat avec des écoles de formation, telles que celles des Beaux Arts par exemple.
    La peinture orientaliste n'est pas une école artistique, ni un style pictural en soi. Le lien entre les artistes orientalistes se situe dans les thématiques abordées. Les sujets traités mettent souvent en avant des scènes de harem, de chasse, de combat, description de paysage, scènes de rue... et c'est le regard de l'Occident sur l'Orient.
    Ce qui caractérise la peinture orientaliste, c'est surtout la volonté manifeste des artistes d'approfondir les détails (richesse des costumes, aspects particuliers de l'architecture...).
    L'effort est mis essentiellement sur la lumière. Elle est souvent chaude afin d'accentuer les contrastes du clair-obscur. La peinture orientaliste a connu ses heures de gloire au début du siècle, surtout avec les expositions universelles (1855 à 1867). De grands artistes ont marqué ce mouvement comme Eugène Delacroix (1798-1863), Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), Alexandre Gabriel Decamps (1803-1860) Jean Benjamin Constant (1845-1920), ainsi que d'autres.

    Mohamed DOUYEB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc