×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Kaboul: Une conférence internationale aujourd’hui

Par L'Economiste | Edition N°:3323 Le 20/07/2010 | Partager

. Objectif: Donner une direction à l’Afghanistan en guerre . Hamid Karzaï doit y présenter un calendrierL’Afghanistan accueille, aujourd’hui, à Kaboul une conférence internationale. Le gouvernement et les représentants de plus de 60 pays donateurs tenteront de s’accorder sur les priorités de développement et l’avenir du pays déchiré par la guerre. Cette conférence doit marquer une nouvelle étape dans le lent processus d’émancipation du gouvernement afghan, censé à l’avenir pouvoir diriger le pays et se défendre seul une fois que les troupes américaines et de l’Otan qui y sont déployées depuis la fin 2001 auront quitté le pays. Selon des diplomates occidentaux, le président Hamid Karzaï doit y présenter un calendrier de montée en puissance de l’armée et de la police pour permettre en principe un retrait des troupes étrangères d’ici la fin 2014, alors que cette intervention est de plus en plus impopulaire en Occident. Décrite comme la plus grande rencontre internationale jamais organisée dans la capitale afghane, la réunion se déroulera sous très haute sécurité, des soldats afghans et de l’Otan ayant été mobilisés pour éviter toute attaque des talibans, dont la rébellion n’a cessé de se renforcer depuis quatre ans. Plus de 70 représentants internationaux, dont une quarantaine de ministres des Affaires étrangères dont la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, sont attendus à cette réunion qui doit être présidée par le président afghan Hamid Karzaï et le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon. Les responsables afghans doivent y présenter leurs propositions pour améliorer notamment la gouvernance, le développement économique et social, la justice, les droits de l’Homme et l’utilisation de l’aide internationale. Mais cela suppose d’avoir pacifié au moins en grande partie le pays, largement secoué par la rébellion. Le gouvernement afghan et son allié américain comptent pour cela parvenir enfin à rallier une partie des rebelles via le Programme pour la paix et la réconciliation en Afghanistan, qui vise les combattants de rang inférieur qui combattraient pour l’argent et non par idéologie.Le gouvernement de Kaboul et ses alliés internationaux prévoient désormais de mettre en place des centres de réinsertion, de créer des emplois et d’acheter des terres pour les rebelles repentis. Selon certaines sources, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Japon pourraient annoncer mardi de nouveaux engagements en matière d’aide.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc