×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Juin en Bourse: Entre correction et morosité

Par L'Economiste | Edition N°:2311 Le 04/07/2006 | Partager

. Petite hausse, petit volume . Tout le monde attend la cotation d’AddohaEntre la cotation des nouvelles recrues et la ruée pour les souscriptions à l’OPV d’Addoha, l’attentisme a régné sur la Bourse en juin. Une tendance qui a favorisé la prolongation de la correction pendant les sept premières séances du mois. Après la baisse considérable observée en mai (-11%), les indices ont atteint leur plus bas niveau le 13 juin. Date où Masi et Madex se sont établis respectivement à 6.563 et 5.280 points. Les analystes estiment que cette correction était encore appropriée. A l’instar de celle de mai, elle a contribué à ramener le marché vers ses fondamentaux. Reste à savoir si elle a été sans dégâts pour les investisseurs?Vers la mi-juin, la correction s’est désamorcée, laissant place à une lueur de reprise. En effet, le marché a aligné 4 séances de progression, des titres étant devenus plus intéressants à l’achat. Des analystes parlent aussi de l’effet positif de la distribution des dividendes. Cette dynamique a coïncidé avec la souscription à l’OPV d’Addoha qui s’est avérée un réel succès (plus de 20 fois souscrite). La reprise a été finalement de courte durée. Le marché s’est inscrit dans une tendance morose qui s’est traduite par une série de légères baisses dans des volumes médiocres. Cela illustre l’attentisme et l’incertitude qui ont régné au lendemain de la période de souscription à l’OPV d’Addoha. La rétention du cash en attendant la cotation de la valeur immobilière et la prise de décision difficile sur un marché incertain sont à l’origine de cette baisse de régime. Néanmoins, des investisseurs ont profité de l’occasion pour prendre des positions très avantageuses sur certains titres, selon des analystes. Une stratégie qui a, manifestement, fini par payer pour certaines valeurs qui «cartonnent» actuellement sur le marché; exemple: CIH. La morosité s’est relativement estompée vers la fin du mois avec une autre lueur de reprise. Les trois dernières séances se sont achevées sur des performances positives et des volumes intéressants. Cette dynamique est le fruit de transactions sur les blue chips de la place.Le marché a finalement clôturé le mois sur une légère hausse de 0,39% à 7.173 points pour le Masi et 0,65% à 5.801,14 points pour le Madex. Les performances annuelles s’établissent ainsi à 29,51% pour le premier et 33,09% pour le second. Des niveaux qui restent largement satisfaisants et bien au-delà des progressions de l’année dernière. Ils sont appelés à monter encore plus, selon des analystes. Les sociétés de financement Sofac et Taslif se sont positionnées en tête des progressions mensuelles avec des hausses respectives de 10,61 et 10,5%. Inversement le titre BMCI a essuyé la plus forte baisse (-17,71% à 985 DH). Cette régression serait due à un cumul de pertes sur des petits volumes et n’aurait aucune relation avec les fondamentaux de la valeur, selon des analystes. S’agissant des volumes, ils étaient fortement impactés par la morosité du marché. Le chiffre d’affaires du mois (10,7 milliards de DH) est gonflé par les apports de titres qui se chiffrent à 5,6 milliards de DH. Le marché central, lui, a drainé 4,6 milliards de DH seulement, dont près de la moitié a porté sur la valeur Maroc Telecom (2 milliards). Les transactions sur le marché de blocs, dont le chiffre d’affaires s’est limité à 244,8 millions de DH, sont dominées par le transfert des titres CIH (211 millions de DH) vers Massira Capital Management, détenu à 100% par la CDG. Le comportement des nouvelles valeurs s’est avéré timide au terme du mois dernier. La frénésie qui a entouré l’introduction de Risma a fini par se désamorcer, la valeur ayant pris rapidement plus de 50%. Elle a clôturé juin sur une perte de 2,78% à 350 DH dans un volume de 135 millions de DH. Cartier Saâda a terminé le mois sur une légère hausse de 3,78% à 185 DH. Mediaco a difficilement maintenu son cours d’introduction (495 DH) après les fluctuations qu’elle a connues depuis sa cotation le 12 juin. Des analystes prévoient que la tendance de fin juin se poursuivra en ce début de mois et sera nourrie par la cotation d’Addoha prévue pour le 6 juillet.Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc