×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Juger, c’est avoir le sens de la mesure

Par L'Economiste | Edition N°:3129 Le 15/10/2009 | Partager

Les juristes sont une race à part d’inventeurs: ils adaptent la loi aux mutations du monde. Jose Maria Bento Company, président de l’Union internationale des magistrats (UIM) revient sur le rôle du juge, les menaces qui pèsent sur la justice et les défis juridiques du 21e siècle.- L’Economiste: Dans votre discours, vous avez évoqué les «attaques voilées» qui ciblent les juges. Pourquoi? -Jose Maria Bento Company: Il y a actuellement des pays où les juges sont menacés. Le pouvoir judiciaire est fragilisé à cause de l’absence de garanties et de moyens matériels, de l’instabilité politique, de l’insécurité et du non-respect du principe d’inamovibilité… Pour l’UIM, la solution est d’écouter les doléances de la profession, de les analyser et d’agir en prenant notamment contact avec les gouvernements concernés.- Quels sont ces pays? - Il y en a beaucoup. Sauf que la menace est à plusieurs échelles: réduction de salaires dans des pays européens, inamovibilité bafouée ou encore assassinat de juges par les barons de la drogue dans des systèmes judiciaires latino-américains. En Afrique, c’est le problème de la corruption… - Vous êtes Espagnol. Quelle est la situation des magistrats en Espagne?- C’est la première fois dans l’histoire de notre pays que les juges font grève. Ils souffrent d’un manque de moyens matériels et humains, de problèmes économiques… Ces carences font que les services de la justice ne fonctionnent pas normalement. Finalement, ce sont les citoyens et les professionnels du droit qui en subissent les conséquences. - Aujourd’hui, la justice n’est-elle pas amenée à réinventer son rôle et ses méthodes de travail?- Certainement. Et faire face à de nouvelles problématiques juridiques exige un gros effort de réflexion et des moyens conséquents. C’est justement le rôle de la jurisprudence que de consacrer des positions raisonnées et raisonnables. Le droit, c’est l’art de l’équilibre. Ce qui est interdit aujourd’hui ne l’est plus demain et inversement. Mais la justice n’a pas seulement un rôle coercitif. Elle se doit de porter et de soutenir la créativité artistique ou scientifique.Propos recueillis par Faiçal FAQUIHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc