×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Journées méditerranéennes de l’olivier
Des pistes pour mieux rentabiliser la filière

Par L'Economiste | Edition N°:3133 Le 21/10/2009 | Partager

. L’approche intégrée «production- marketing», une nécessité . Des experts internationaux participent à la 4e édition à Meknès. Expériences étrangères et plateforme de transfert de technologies et de savoir-faire Et de quatre pour les «Journées méditerranéennes de l’olivier à Meknès». Journées qui se confirment comme un rendez-vous incontournable dans l’agenda des grandes manifestations oléicoles internationales. Ceci, par la tenue de leur 4e édition du 19 au 23 octobre dans la capitale ismaïlienne. Organisée par l’agropole olivier de Meknès et l’Université internationale d’Andalousie, cette manifestation réunit, depuis hier, de nombreux spécialistes et participants de la majorité des pays oléicoles du bassin méditerranéen (Maroc, Espagne, Italie, Grèce, France, Tunisie, Syrie et Palestine). Le programme comprend des conférences techniques et scientifiques et des démonstrations/dégustations de l’huile d’olive. Au menu également, des réflexions sur le marché international, les stratégies de promotion de l’huile d’olive de qualité (appellation d’origine, label, etc.) et marketing, les facteurs agronomiques et industriels (transformation, stockage et conditionnement) influençant la qualité de l’huile d’olive et normes de qualité, et notamment la valorisation des sous-produits de l’olivier, environnement et énergie.Pour les organisateurs, l’olivier, signe d’identité du bassin méditerranéen, a constitué depuis toujours un des piliers de l’économie agricole des pays de cette région. Par les deux principaux produits dérivant de sa culture, le fruit et son huile, l’olivier joue un rôle moteur en termes d’économie, d’emploi et d’équilibre social et environnemental des régions méditerranéennes qui assurent 98% de la production oléicole mondiale. De fait, l’accroissement actuel de la production d’huile d’olive et le renforcement de l’intérêt mondial pour les produits oléicoles a incité un grand nombre de pays à déployer des efforts particuliers pour améliorer la production. Ce qui a placé la filière oléicole dans un contexte concurrentiel où seules la qualité, la notoriété et la distinction du produit «huile d’olive» priment. Par ailleurs, la biomasse générée annuellement par l’oliveraie est citée comme source énergétique renouvelable disponible pour la production d’énergie thermique, électrique et/ou bio-combustible, pouvant représenter ainsi des avantages aussi bien environnementaux qu’économiques pour le secteur agro-industriel.Ainsi, les «Journées méditerranéennes de l’olivier à Meknès», conçues comme une plateforme de transfert de technologies, de savoir et de savoir-faire en matière d’oléiculture, se proposent de faire le point sur les «enjeux de la production de l’huile d’olive: qualité, certification, appellation d’origine contrôlée, marketing, environnement et énergie». L’objectif étant de répondre aux préoccupations actuelles de la filière marocaine. Pour Noureddine Ouazzani, initiateur de ces journées, «la notoriété gagnée au cours de ces dernières années par l’huile d’olive marocaine au niveau international et la production attendue cette année exigent des efforts de la part des producteurs et des opérateurs du secteur. Et cela, sur la stimulation de la demande de l’huile d’olive de qualité au niveau national, sur les marchés traditionnels de consommation et sur la création de la demande du produit «huile olive Maroc» sur les marchés émergents et potentiels». Certes, le Maroc ne valorise pas encore ses potentialités oléicoles agricoles et industrielles pour des opportunités sur le marché international. Cependant, une approche intégrée «production- marketing» est devenue une nécessité pour une oléiculture marocaine rentable. En tout cas, diverses expériences méditerranéennes de développement et de promotion de l’huile et innovations techniques et technologiques seront abordées lors de ces journées. Une attention particulière sera donnée à la valorisation des sous-produits de l’olivier pour la production de l’énergie, en particulier les noyaux d’olives qui peuvent générer une énergie de l’équivalent d’un litre de gasoil pour 2 kg de noyaux, conclut Ouazzani.Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc