×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Jouahri: «Les entreprises pourront accéder à la centrale des incidents»

Par L'Economiste | Edition N°:1972 Le 07/03/2005 | Partager

Bank Al-Maghrib, le GPBM, les ministères de la Justice, du Commerce et de l’Economie et les représentants du monde des affaires s’associent pour assainir les pratiques de paiements par chèque. La Banque centrale étend l’accès des entreprises aux données du service central des incidents de paiements. Entretien.- L’Economiste: Quels sont les objectifs de cette campagne de sensibilisation ?- Abdellatif Jouahri: C’est une action commune lancée par les autorités de tutelle, le GPBM, le ministère de la Justice, le ministère du Commerce, celui de l’Economie et le patronat pour recrédibiliser le chèque. La concertation de place est un préalable essentiel à la réussite de cette démarche. Dans le sens d’œuvrer ensemble pour redonner à nouveau toute sa place à ce moyen de paiement dans les échanges monétaires et commerciaux. Les uns et les autres devront, qui d’autorité de contrôle, qui d’autorité judiciaire, qui d’utilisateur, qui de fournisseur de ce service, améliorer l’application de la réglementation. L’objectif étant d’éradiquer ou tout au moins limiter les chèques en bois.- Quels sont vos outils?- L’information. Nous allons organiser des séminaires et des ateliers dans toutes les régions du pays pendant les quatre prochains mois pour informer et sensibiliser les opérateurs. Nous remarquons que le problème n’est pas celui de la réglementation, mais des mauvaises pratiques associées au chèque. Aussi, il faut qu’il y ait un effort au niveau de l’application stricte et rapide de la loi, mais aussi un devoir de vigilance de la part des banques pour la délivrance des chéquiers. - Est-ce que la réglementation des chèques doit être complétée?- La réglementation (ndlr: article 302 et suivants du code du commerce) est à mon avis complète. Il faut revoir son application et son interprétation. Mais rien n’empêche qu’elle soit complétée par des mesures pouvant améliorer les pratiques. Cela devrait découler des travaux de la commission instituée et des échanges que nous aurons au cours de notre tournée. - Qu’est-ce qui pourrait être fait dans le cadre de la prévention?- Dans l’immédiat, Bank Al-Maghrib a décidé l’accès des entreprises aux données du service central des incidents de paiement. L’accès limité jusque-là aux banques, les entreprises pourront à leur tour avoir une idée sur les pratiques de leurs clients. C’est une mesure de prévention essentielle, qui permettra de limiter l’utilisation frauduleuse des chèques.Propos recueillis par Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc