×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Jorf Lasfar: Deux nouvelles unités d'ici trois ans

    Par L'Economiste | Edition N°:299 Le 09/10/1997 | Partager

    Le coup d'envoi des travaux des tranches III et IV de la centrale thermique de Jorf Lasfar a été donné. Près de 3.000 personnes vont travailler sur ce chantier de 620 millions de Dollars.


    Le coup d'envoi des travaux des unités III et IV de la centrale de Jorf Lasfar a été donné le 1er octobre et ce, après remise des clés le 13 septembre des unités I et II au consortium Asea Brown Boveri (ABB)/ Consumers Michigan Services (CMS) contre un chèque de 263 millions de Dollars à l'ONE. Ce sont près de 3.000 personnes qui vont travailler pendant un peu plus de trois ans sur ce chantier. La construction des deux tranches nécessitera un investissement d'une valeur de 620 millions de Dollars. Ces unités seront opérationnelles respectivement en juin et décembre 2000.
    ABB, société internationale d'équipement électrique, sera chargée de la construction de cette centrale électrique, alimentée au charbon, d'une puissance de 700 mégawatts (mW). La multinationale est leader mondial dans le secteur de l'ingénierie, l'équipement et les services électriques. Elle fournira deux ensembles turbine-générateur de 350 mW, deux chaudières alimentées au charbon, le système de contrôle et le reste de l'équipement de la centrale. Elle est également responsable de la conception technique et de la construction de la nouvelle centrale, y compris les travaux de génie civil, ainsi que la formation du personnel local.

    Les fournisseurs locaux devraient également bénéficier des retombées de ce contrat pour une contre-valeur de 200 millions de Dollars. Quant au partenaire d'ABB sur ce contrat, il devra assurer la gestion opérationnelle et l'entretien des unités de production existantes et futures. CMS est un groupe spécialisé dans le domaine de l'électricité et du gaz naturel.
    Jorf Lasfar Energy Company (JLEC) est l'entité locale de droit marocain, créée en janvier 1997, qui exécutera les différents contrats. Elle regroupe les deux multinationales à raison de 50% chacune. Le capital de la société est de 3 milliards de DH. Elle emploie actuellement 200 personnes.

    Dès que les tranches III et IV seront opérationnelles, l'effectif sera porté à 300 personnes. La centrale située sur la côte atlantique, à 130 km au Sud de Casablanca, couvrira environ 65% de la demande moyenne d'électricité du pays. La production annuelle d'énergie électrique des 4 unités sera de 8.700 Gigawatt, environ la moitié de la production nationale. L'énergie produite sera vendue à l'ONE dans le cadre d'un contrat d'achat de 30 ans. Les centrales restent néanmoins la propriété de l'Office. Les besoins annuels en charbon pour les quatre unités sont d'environ 3 millions de tonnes. L'originalité du contrat réside dans le fait que les achats sont contrôlés par l'ONE. Si JLEC achète le charbon en dessous du prix international, elle bénéficie d'une prime. En revanche si l'achat s'effectue en dessus du cours mondial, la différence est à sa charge. Les capacités de stockage de Jorf sont d'environ 400.000 tonnes. Il est prévu dans le cadre du contrat que 120.000 tonnes soient laissées en permanence à la disposition de l'ONE pour les besoins nationaux.
    Les cendres issues de la combustion sont récupérées pour être transportées vers une carrière à 2,5 km du port pour y être stockées.
    "Les rejets de la centrale respectent les normes internationales en matière environnementale", a tenu à préciser M. Driss Benhima, ministre de l'Energie et des Mines.

    Le montage financier


    LE consortium a acheté le droit de jouissance pour les deux centrales existantes pour un prix de 10 milliards de DH et les deux nouvelles unités pour 6 milliards de DH.
    Les besoins de financement portent sur 1,450 milliard de Dollars. Ils se décomposent de la manière suivante:
    - 387 millions de Dollars constituent l'apport en fonds propres des deux partenaires à raison de 50% chacun. 900 millions sont financés par des crédits sur 15 ans, dont 700 millions de Dollars avancés par trois banques: ABN Amro, BNP et Crédit Suisse.
    - 163 millions de Dollars proviendront des revenus des deux unités existantes.
    - Les crédits versés sont garantis par des organismes internationaux: 214 millions de Dollars pour l'Italie avec garantie de la SACE, 64 millions garantis par ERG Suisse, 241 millions par US Exim bank, 184 millions par la Banque Mondiale et 200 millions par l'OPIC.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc