×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Joint-venture entre Barid Al-Maghrib et Chronopost International

Par L'Economiste | Edition N°:733 Le 27/03/2000 | Partager

. La poste rapide est la première activité filialisée de Barid Al-Maghrib

. L'opérateur français propose son savoir-faire technologique, l'accès à son réseau européen et son expérience dans l'e-commerce

Le vent de la libéralisation souffle sur Barid Al-Maghrib. L'opérateur public de la poste vient de créer sa première filiale dans le transport express international. Un joint-venture avec Chronopost International, leader français dans le domaine et filiale du groupe La France, a été signé jeudi 23 mars 2000 à Casablanca. Il prévoit la création, avant la fin du 1er semestre 2000, d'une société commune qui portera le nom de EMS Chronopost International Maroc; une SA de droit marocain dont le capital est détenu à hauteur de 66% par Barid Al-Maghrib et de 34% par le partenaire français. Celle-ci démarrera avec un effectif de 58 employés (tous des emplois nouveaux) et un chiffre d'affaires de 36,5 millions DH. En 2003, le personnel passera à 86 et le CA à 50 millions DH.
La décision de créer une société commune de poste rapide remonte à novembre 1999 à l'occasion des travaux de la Haute Commission Mixte Maroco-Française. Les démarches ont été rapidement accomplies par la suite. "Nous avons constaté beaucoup de bonne volonté de la part des responsables marocains", a souligné M. Christian Perret, directeur du développement Afrique de Chronopost.
A travers ce joint-venture, Barid Al-Maghrib qui dessert actuellement 84 pays à travers son service EMS (Express Mail Service), entend étendre son réseau tout en améliorant les délais (la norme chez Chronopost est le lendemain à midi au plus tard) et la qualité des services. Il désire également bénéficier du savoir-faire technologique de l'opérateur français en matière de suivi des colis et de transfert de l'information, et avoir accès à son réseau international.

40% du marché en 2003


Selon M. Mohamed Wakrim, directeur général de Barid Al-Maghrib, la nouvelle société développera des services faisant appel aux nouvelles technologies comme le transfert électronique des fonds. Le PDG du groupe La Poste, M. Claude Bourmaud, assure pour sa part que Chronopost apportera toute son expérience dans le domaine du commerce électronique. Barid Al-Maghrib s'engage de son côté à mettre à la disposition de la nouvelle société son réseau national de proximité couvrant tout le territoire marocain.
Chronopost Maroc est la 13ème représentation internationale de l'opérateur français. Le chiffre ne suscite aucune superstition chez les responsables de Chronopost. "Nous aspirons à faire du pôle marocain le pivot de développement d'un marché régional", indique M. Gilles Moutel, président de Chronopost. Autre objectif: atteindre d'ici 2003 une part de marché de 40% du trafic express à l'international. Ce qui revient à transporter près de 276.000 objets par an. Pour ce faire, Chronopost devra faire face à la concurrence d'autres opérateurs internationaux déjà présents au Maroc. L'américain DHL est là depuis 1986, d'autres comme UPS, Fedex et World Express... sont venus s'ajouter après le changement du statut des PTT et la création de Barid Al-Maghrib en 1998. L'explosion du secteur n'a pas encore eu lieu, mais tout le monde veut répondre présent quand elle se produira. Le consommateur marocain devra en tirer largement profit.

Omar MAKHFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc