×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Japon: Une société ad hoc pour éponger les créances douteuses des banques

Par L'Economiste | Edition N°:53 Le 12/11/1992 | Partager

Le gouvernement japonais a annoncé, fin Octobre, un projet destiné à éponger les créances douteuses accumulées par les banques.

Selon le Ministère des Finances, ces créances s'élevaient à 12.300 milliards de Yens pour les vingt et une principales banques, à fin Septembre. 4.000 seraient irrécupérables.

Le mécanisme de sauvetage consisterait à mutualiser le risque par la création d'une société ad hoc comme outil juridique, commente Le Monde. Cette société est destinée au rachat des créances douteuses garanties par des biens fonciers non hypothéqués. Sa création est prévue pour Janvier 1993 et pour une durée limitée de dix ans. Son capital s'établira à six milliards de Yens et sera apporté par des établissements bancaires privés.

Le rachat des créances douteuses s'effectuera en deux temps. D'abord le comité d'experts sera appelé à évaluer les créances chaque fois que leur rachat est demandé.

Ensuite, la banque qui souhaite se débarrasser de ses créances devra prêter à la société ad hoc les fonds nécessaires à l'opération de rachat.

ainsi, la créance, qui sera cédée à un prix inférieur à sa valeur nominale, disparaîtra des comptes de la banque.

La société ad hoc deviendra alors propriétaire du bien nantissant qu'elle devra gérer elle-même.

Selon des analystes financiers, le dispositif, tel qu'il est présenté, est de nature à marginaliser les petits établissements. Leur assise financière est telle qu'il leur est impossible de financer le rachat de leurs créances.

Ils estiment, en outre, que les ressources de la société ad hoc seront limitées. "Elle ne disposera pas plus de 2 à 3000 milliards de Yens, la première année", affirment-ils.

Suite à des protestations, de la part des industriels notamment, cette société ne devrait, en principe, bénéficier d'aucun fonds public.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc