×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Israël: Le nouveau parti de Sharon part favori aux élections

Par L'Economiste | Edition N°:2156 Le 23/11/2005 | Partager

. Netanyahu lui succéderait à la tête du Likoud Le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, qui vient d’annoncer la création de son nouveau parti en vue de la tenue d’élections anticipées au premier trimestre 2006 tout en affichant sa volonté d’œuvrer pour la paix, est donné, mardi 22 novembre, favori par les sondages. Le nouveau parti de Sharon, dont le nom définitif pourrait être, selon les médias, Kadimah (“En avant”, en hébreu), remporterait entre 30 et 33 sièges de députés sur 120, alors que les travaillistes dirigés par Amir Peretz en obtiendraient 26 (contre 22 actuellement) et un Likoud dirigé par Benjamin Netanyahu, ancien chef de gouvernement, s’effondrerait en n’obtenant que 12 à 15 sièges, contre 40 dans le parlement actuel. Ces sondages ont été publiés au lendemain de l’annonce par Ariel Sharon de sa décision de quitter le Likoud, le grand parti de la droite qu’il avait contribué à créer en 1973. Sur le plan législatif, le projet de dissolution de la Knesset (Parlement), présenté par des partis de l’opposition, a été adopté lundi 21 novembre en lecture préliminaire et devrait être définitivement adopté mardi soir, ce qui ouvrira la voie à des élections législatives a priori entre fin février et fin mars. Quatorze députés du Likoud, dont les ministres des Finances, de la Sécurité intérieure, de la Justice et du Tourisme se sont ralliés pour le moment à Sharon. Au sein du Likoud, Benjamin Netanyahu, Premier ministre de 1996 à 1999, et qui était le principal rival de Sharon au sein du parti, part favori, selon un sondage, pour en prendre la tête devant le ministre de la Défense, Shaoul Mofaz et le chef de la diplomatie, Sylvan Shalom. Netanyahu a lancé une virulente campagne “anti-Sharon”. “Sharon est un dictateur qui conduit le pays à la tyrannie, à la corruption et met en danger sa sécurité”.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc