×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Israël compte sur les USA pour torpiller le rapport Goldstone

Par L'Economiste | Edition N°:3129 Le 15/10/2009 | Partager

. L’armée israélienne accusée de crimes de guerre. Le document débattu à l’ONU Placé sur la défensive à l’ONU par le rapport Goldstone, Israël compte sur les Etats-Unis pour torpiller toute résolution sur ce document qui accuse l’armée israélienne de crimes de guerre durant son offensive à Gaza. «La secrétaire d’Etat Hillary Clinton s’est engagée à ce que les Etats-Unis opposent leur veto en cas de décision du Conseil de sécurité» entérinant le rapport du juge sud-africain Richard Goldstone, a déclaré la représentante d’Israël à l’ONU, Gabriela Shalev. Elle a déploré que le rapport dénoncé par l’Etat hébreu fasse même l’objet d’un débat au Conseil de sécurité, soulignant qu’Israël n’était pas en mesure de s’y opposer. «Nous nous employons à faire comprendre qu’une validation du rapport aurait deux conséquences graves: d’une part elle mettrait en danger la relance des négociations avec les Palestiniens, d’autre part elle constituerait un précédent dangereux en empêchant tout pays résolu à se défendre contre le terrorisme», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Yigal Palmor. Le rapport stigmatisant principalement le comportement d’Israël devait être évoqué hier mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU à New York dans le cadre d’un débat général sur la situation au Proche-Orient. Cette décision de compromis a été prise par un Conseil divisé, lors de consultations à huis clos consécutives à une demande de la Libye (soutenue par le groupe arabe et les non-alignés), d’une réunion d’urgence pour discuter du rapport de la commission d’enquête dirigée par le juge Richard Goldstone. Celle-ci avait été chargée par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, basé à Genève, d’enquêter sur la guerre de Gaza. Le Conseil doit débattre aujourd’hui jeudi du rapport lors d’une session extraordinaire destinée à examiner «la situation des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés et à Jérusalem». Devant les réticences des pays occidentaux, les partisans d’une approbation du rapport avaient décidé le 2 octobre, à la fin de la dernière session ordinaire du Conseil des droits de l’Homme, «de donner plus de temps pour un examen fondé et complet du rapport de la mission d’enquête» Goldstone. Le président palestinien Mahmoud Abbas, qui dans un premier temps avait défendu le report de six mois de ce vote, a été contraint de faire volte-face sous la pression de sa propre opinion publique et face aux dénonciations véhémentes du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza. F . Z . T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc