×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Irrigation: La gestion déléguée à l’étude

    Par L'Economiste | Edition N°:3390 Le 25/10/2010 | Partager

    . 550.000 ha à reconvertir en irrigation localisée. Aménagement de l’espace agricole solidaire . Plus de 90 projets productifs à lancer en 2011 Maîtrise de l’irrigation et aménagement de l’espace agricole, les deux priorités inscrites au programme d’investissement du ministère de l’Agriculture dans le budget 2011. Au total, l’enveloppe réservée à l’investissement atteint 6,5 milliards de DH. A lui seul, le domaine agricole se taille le montant de 6,3 milliards de DH.De fait, il s’agit pour le premier volet de poursuivre et de lancer les actions structurantes prévues par le Plan Maroc Vert. Ce dernier, faut-il le rappeler, fait de l’irrigation un levier privilégié de développement agricole. Trois objectifs sont assignés à ces actions: endiguer, du moins contenir le gaspillage de la ressource hydrique, résorber le décalage existant entre les grandes infrastructures et l’équipement des terres dominées par les barrages et préparer la gestion déléguée de l’eau d’irrigation. Au chapitre de l'économie d’eau, le programme porte sur la reconversion en irrigation localisée (goutte à goutte) de 555.000 ha sur 10 ans. Il se décline en projets de reconversion collective (218.000 ha) et individuelle (337.000 ha). Cette dernière tranche se décompose en 160.000 ha dans les zones privées et 177.000 ha dans les périmètres de grande irrigation. Mais l’essentiel des projets reste encore à l’état des études de faisabilité dont certaines seront achevées en 2011. Il s’agit d’un projet de modernisation de l’agriculture irriguée dans le bassin d’Oum Er Rbia entrepris avec l’appui financier de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement qui porte sur 33.500 ha. Les autres études concernent les périmètres du Gharb, Loukkos, Moulouya, Haouz, Tadla, Doukkala et du Souss Massa. Au total, 117.000 ha sont ciblés.Pour ce qui est des travaux, la reconversion collective devrait porter l’année prochaine sur 37.900 ha. Elle concernera les périmètres d’Oum Er Rbia, le Gharb, le Haouz et le Souss Massa. S’agissant de la reconversion individuelle, menée avec l’appui du Fonds agricole de développement (FDA), il est prévu d’équiper 24.000 ha en goutte à goutte moyennant une enveloppe de plus de 1,2 milliard de DH.Quant au programme de résorption du décalage entre les aménagements hydro-agricoles et les barrages réalisés ou en chantier, l’objectif est de créer de nouveaux périmètres irrigués. Piloté par le secrétariat d’Etat chargé de l’Eau et de l’environnement, ce programme qui s’étale sur la période 2008/2012 pour une superficie de 140.000 ha doit mobiliser un investissement de 17 milliards de DH. Là aussi, l’essentiel du programme se trouve au stade des études. Néanmoins des travaux seront lancés dès 2011 dans certains périmètres de grande et petite hydraulique. C’est particulièrement le cas du Moyen Sebou qui se taille la grande part des projets inscrits au titre du prochain exercice.Parallèlement, la tutelle planche sur la réforme institutionnelle du service de l’eau dont la gestion est assurée actuellement par les Offices régionaux de mise en valeur agricole. L’objectif est de déléguer cette gestion au privé. A cet effet, l’année 2011 connaîtra la poursuite des études en cours au niveau de 7 grands périmètres.L’autre priorité tient à l’aménagement de l’espace agricole. Il s’agit d’un volet important dans la mise en œuvre du pilier II du Plan Maroc Vert. Ciblant en particulier l’agriculture dite solidaire, le programme comporte les aménagements du foncier et des parcours dans les zones bour et de la petite et moyenne hydraulique. Ceci dans l’objectif de lancer le développement agricole et rural intégré et la mise en valeur des zones pluviales. A commencer par les filières agricoles dans les régions montagneuses de Taza dont le coût global s’élève à 337 millions de DH. Initié avec l’appui du Fida (Fonds international du développement agricole), ce projet vise la réduction de la pauvreté grâce à l’exploitation durable des ressources naturelles de la région montagneuse du Moyen Atlas et du Sud de la province de Taza. Le Moyen Atlas oriental est aussi ciblé selon la même approche. Ce projet d’un coût global de 306 millions de DH concerne 10 communes rurales dans des zones montagneuses de la province de Boulemane. Il en est de même des reliefs de la province d’Errachidia. Financé par le Fida, ce projet s’étale sur la période 2009/2014 pour un coût de 230 millions de DH. Il concerne plus de 1,1million ha relevant de 17 communes concentrant 157.000 habitants. Les actions prévues en 2011 concernent la réhabilitation de 4 ouvrages de dérivation, le revêtement 60 km de seguias et la protection des berges sur 5km.S’agissant de l’aménagement des parcours, le plan cible la reconstitution du couvert végétal et la création et l’équipement des points d’eau pour l’abreuvement du bétail. C’est dans ce cadre que s’insère le projet de développement des parcours et de l’élevage dans l’Oriental. Région réputée pour son cheptel ovin, elle entame la 2e phase de son programme qui cible 11 communes rurales.


    Filières

    L’année 2011 connaîtra le lancement de 91 projets dans le cadre du pilier II du Plan Maroc Vert. Couvrant la totalité des régions du royaume, ces projets dont le coût s’élève à 6,6 milliards de DH portent sur les principales filières de production végétale et animales. Avec, toutefois, la prédominance de l’olivier, de l’amandier, des viandes rouges et de l’apiculture. Les principales réalisations attendues portent sur la plantation de 33.000 ha, la construction de 63 unités de valorisation et de 140 ateliers d’engraissement.A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc