×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

Irak: Prolongement de l’état d’urgence

Par L'Economiste | Edition N°:1971 Le 04/03/2005 | Partager

LE Premier ministre irakien sortant Iyad Allaoui a annoncé, dans un communiqué publié hier 3 mars, la prolongation d’un mois de l’état d’urgence dans le pays, à l’exception de la zone autonome kurde. Cette prolongation a été décidée en raison de la “persistance des conditions qui ont justifié l’état d’urgence”, une référence à l’insécurité qui continue de régner dans le pays. La dernière prolongation de 30 jours de l’état d’urgence avait été annoncée le 29 janvier, à la veille des élections générales.Sur le terrain, les négociations politiques pour la formation d’un nouvel exécutif piétinent et les attentats se multiplient.Ainsi, cinq policiers ont été tués et cinq autres personnes blessées le 3 mars dans un double attentat suicide à l’entrée du ministère de l’Intérieur, dans le centre de Bagdad. “Il y avait deux voitures, une Jeep Cherokee et un minibus KIA. Nous leur avons tiré dessus et elles ont explosé avant d’arriver au barrage” à l’entrée, a précisé une source policière.A Baaqouba, une personne a été tuée et 18 autres blessées le 3 mars dans l’explosion d’une voiture piégée; parmi les blessés, le chef de police-secours et quatre autres policiers.L’armée américaine a annoncé de son côté qu’un Marine avait été tué au combat, le 2 mars, au sud de Bagdad, dans la province de Babylone. Ce qui porte à 1.492 le nombre de militaires américains morts en Irak depuis l’invasion de ce pays par les forces américano-britanniques il y a près de deux ans.Sur le plan de la politique intérieure irakienne, plus d’un mois après les élections du 30 janvier, les négociations se poursuivent pour tenter d’obtenir l’accord des deux tiers au moins des députés sur la constitution du nouvel exécutif.Le 2 mars, le chef du parti chiite islamiste Dawa, Ibrahim Jaafari, retenu par la liste chiite victorieuse pour être Premier ministre, a rencontré le chef de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) Jalal Talabani. Les deux hommes se sont déclarés optimistes sur les chances d’une alliance entre leurs listes au sein du Parlement, où les deux groupes disposent de plus des deux tiers des députés, sans cependant annoncer d’accord.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc