×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: Le contingent britannique n’a pas accompli sa mission

Par L'Economiste | Edition N°:2665 Le 04/12/2007 | Partager

. Un rapport critique publié par une Commission parlementaire LE contingent britannique en Irak, qui doit être réduit de moitié d’ici le printemps prochain, a échoué dans sa mission. Il devait assurer la sécurité dans le sud-est du pays, estime la Commission parlementaire britannique de défense de la Chambre des Communes (Chambre basse) dans un rapport diffusé lundi. «Bien qu’un progrès ait été réalisé, cet objectif n’est pas satisfait», jugent les députés. Les violences contre les civils n’ont pas diminué et Bassorah, où était établi le contingent britannique avant son transfert vers une base aérienne à la périphérie de la ville, est sous le contrôle de milices et d’organisations criminelles, d’après le rapport. «Le fait qu’il n’y a pas eu de réduction correspondante du nombre d’attentats contre la population civile de la ville est une source d’inquiétude», selon les députés. Le gouvernement britannique a annoncé début octobre la réduction de moitié de son contingent en Irak d’ici le printemps prochain. Le nombre des troupes passera ainsi d’environ 5.000 actuellement à 2.500. Parallèlement, les forces de sécurité irakiennes doivent prendre le contrôle de la région de Bassorah, jusqu’alors sous responsabilité britannique. La commission parlementaire reconnaît que l’armée irakienne a réalisé un «progrès significatif» mais cela nécessite encore le soutien des forces britanniques, en particulier au niveau de la logistique et du renseignement. Par ailleurs, entre 25.000 et 28.000 Irakiens réfugiés en Syrie sont rentrés dans leur pays depuis la mi-septembre, indique une étude du Croissant Rouge irakien. «L’amélioration de la sécurité à Bagdad et dans d’autres provinces a contribué au retour des réfugiés», explique ce rapport. La grande majorité de ces réfugiés de retour d’exil -entre 19.000 et 21.500- sont revenus dans la capitale. Plus de 6.000 autres se sont installés en province. Par ailleurs, Le contingent britannique en Irak, qui doit être réduit de moitié d’ici le printemps prochain, a échoué dans sa mission qui était d’assurer la sécurité dans le sud-est du pays, estime une commission parlementaire britannique dans un rapport diffusé lundi.Synthèse L’Economiste 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc