×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Investissements: Vivendi mise gros dans le Nord

    Par L'Economiste | Edition N°:1165 Le 14/12/2001 | Partager

    . Le montant du contrat de gestion déléguée s'élève à 7,6 milliards de DH. L'investissement permettra de créer 2.200 emploisDeux ans de concertation et de travail soutenu ont enfin donné leur fruit. D'un montant de 7,6 milliards de DH, le contrat de gestion délégué liant le groupement Vivendi aux communautés urbaines de Tanger et de Tétouan a été signé mercredi dernier. La cérémonie s'est déroulée avant-hier à Rabat, au siège du ministère de l'Intérieur. Un événement auquel ont assisté plusieurs membres du gouvernement, des représentants de Vivendi ainsi que le wali et les élus locaux des communautés urbaines respectives. Selon les termes des dispositions contenues dans cet accord, la société délégataire s'engage à investir au courant des 25 années à venir 7,6 milliards de DH. Sur ce total, les communautés de Tanger et Tétouan bénéficieront respectivement de 3,7 et 3,9 milliards. En misant une aussi grosse somme dans les préfectures du Nord, l'entité délégataire se propose de garantir à la population locale la généralisation et l'amélioration de l'accès à l'eau potable et l'électricité. Au niveau du volet social, le contrat prévoit la reprise de l'ensemble du personnel de la Régie de Tétouan et Tanger. Toutes ces personnes continueront à bénéficier des droits et acquis sociaux précédents. Des programmes de perfectionnement leur seront dispensés. De plus, pour faire face aux besoins accrus, 2.200 salariés seront embauchés durant la durée d'exécution du contrat de gestion. Dans une région où le taux de chômage atteint des proportions inquiétantes, les effets d'une telle stratégie ne peuvent être que bénéfiques. Afin de garantir la stricte application de l'ensemble des clauses, il a été convenu par les parties de mettre en place un service permanent de surveillance. Une entité placée auprès de l'autorité délégante et disposant de tous les moyens de contrôle nécessaires. L'entrée en vigueur de ce contrat est prévue pour le 1er janvier 2002. Ce n'est qu'à cette date que seront aussi divulgués le nom et le logo de l'entité gestionnaire. Le Maroc n'en est pas à sa première expérience en matière de gestion déléguée. Deux accords ont déjà été conclus. Le premier, en 1997, a confié la gestion hydrique et électrique de la Wilaya de Casablanca à la Lydec. Le second, conclu en 1999, a conféré au niveau de Rabat cette mission à la Redal. Aujourd'hui, c'est donc aux Provinces du Nord qu'il revient de profiter de l'expérience et du savoir-faire international.Abdelfattah BERHIL

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc