×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Investissements à l'étranger : Ralentissement des flux français

    Par L'Economiste | Edition N°:223 Le 28/03/1996 | Partager


    Les investissements français à l'étranger poursuivent leur ralentissement, après le record de 146,6 milliards de Francs (1FF=1,73DH) enregistré en 1990. L'année dernière, les entreprises françaises ont investi 47,82 milliards, soit 20% de moins qu'en 1994, selon des chiffres provisoires de la balance des paiements.
    Depuis 1987, les investissements hors des frontières françaises ont toujours dépassé la barre des 50 milliards de Francs.
    Ce tassement devient inquiétant, a souligné M. Yves Galland, ministre délégué au Commerce Extérieur. "Il faut, dit-il, que les entreprises françaises reprennent leur grand mouvement d'internationalisation", en direction notamment des pays émergents.

    Selon Les Echos, la baisse relevée en 1995 est attribuée au ralentissement "sensible" du courant d'investissement et à de nombreuses cessions d'actifs, opérées pour la plupart par des banques et assurances. Le stock d'investissements à l'étranger s'élève, selon une étude du Ministère français des Finances, à 2.500 milliards de Dollars.
    La baisse des engagements français à l'étranger est d'autant plus préoccupante, précise M. Galland, qu'elle intervient à un moment où d'autres pays maintiennent leurs flux. A titre d'exemple, les entreprises allemandes ont investi en 1995 170 milliards de Francs, presque deux fois plus que les françaises.
    Toujours en 1995, la France a drainé 60,6 milliards de Francs d'investissements étrangers, après 60,5 milliards un an auparavant. En dépit de cette stagnation, le stock d'investissements étrangers en France reste relativement important puisque près de 30% de la production industrielle du pays est assurée par les sociétés étrangères.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc