×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Investissements industriels : Les Français tablent sur une hausse de 12% en 1995

    Par L'Economiste | Edition N°:168 Le 23/02/1995 | Partager

    Finis les doutes sur la solidité de la reprise. Les industriels français ont révisé à la hausse leurs projets d'investissements pour 1995, selon un sondage effectué par l'INSEE en janvier dernier. Dans l'industrie, les chefs d'entreprise ont en effet l'intention d'augmenter de 12 à 13% leur volume d'investissement cette année. Interrogés en octobre dernier, ils tablaient encore sur une progression de 9%. Il est à noter que l'enquête de l'INSEE, concerne uniquement l'investissement industriel . Celui-ci ne représente en fait que 30% de l'investissement productif total.

    S'expliquant en partie par le report de certains investissements en 1994, la hausse attendue concernerait tous les secteurs, et tout particulièrement l'automobile, les biens de consommation et les biens intermédiaires pour lesquels la demande mondiale reste forte. Cette prévision satisfait d'autant plus les milieux d'affaires et le gouvernement qu'elle intervient après quatre années de marasme et de chute des dépenses d'équipement. La satisfaction du gouvernement provient du fait que le redémarrage des investissements "correspond à ses hypothèses de cadrage budgétaire" et permettra à la croissance d'atteindre, voire de dépasser les 3% prévus.

    Dans l'entourage du ministre de l'Economie, M. Edmond Alphandéry, il est indiqué que l'investissement devrait être le troisième moteur de la reprise en 1995 après les exportations et la consommation.

    Ce regain d'optimisme montre que les industriels sont maintenant convaincus de la consolidation de la reprise économique et qu'ils veulent accroître leur productivité ou leur capacité de production. Actuellement, l'outil de production tourne à 84% de sa capacité.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc