×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Investissements agréés en octobre : La chimie-parachimie reste la branche de prédilection

    Par L'Economiste | Edition N°:157 Le 08/12/1994 | Partager

    Les investissements agréés à fin octobre 1994 par le Ministère du Commerce et de l'Industrie sont en hausse de 19% en variation annuelle. Toutefois, ceux visés conformes au cours du seul mois d'octobre accusent une baisse de 2% par rapport au mois précédent.

    LES investissements industriels agréés par le Ministère du Commerce et de l'Industrie (MCI) au cours des dix premiers mois de l'année représentent un montant de 8 milliards de DH. Ce montant est en hausse de 19% sur la même période de 1993.

    Pour le seul mois d'octobre 1994, les investissements se sont chiffrés à 632 million de DH, en baisse de 2% par rapport au même mois de l'année dernière. La plus grande partie de ce montant (87%) intéresse les promoteurs privés marocains, le reste revenant aux investisseurs étrangers.

    Parmi les 405 dossiers agréés, 112 concernent des créations d'entreprises et 293 des extensions. Ensembles, ces dossiers nécessitent des dépenses en devises de 396 millions de DH, soit une augmentation de 24% par rapport à octobre 1993. Les affaires initiées doivent être financées à hauteur de 57% par fonds propres, 36% par crédits bancaire, 3% par crédits fournisseurs et 4% par leasing.

    S'il voient le jour, ces projets doivent se traduire par la création de 5.674 emplois, soit 25% de plus qu'en 1993. Plus des trois quarts de ces emplois (précisément 81%) sont concentrés sur trois branches: textile et cuir pour 42%, chimie et parachimie pour 22% et les entreprises à caractère industriel pour 17%. L'investissement moyen par dossier ressort à 1,6 million de DH (comme en septembre) pour la création de 14 emplois nécessitant chacun 111.000 DH.

    L'analyse des statistiques par secteur met en exergue la prédominance des industries chimiques. Celles-ci ont en effet attiré 34% du montant à investir. L'intérêt qu'elles suscitent se vérifie également sur les dix premiers mois de l'année.

    Cette branche est immédiatement suivie par

    l'agro-alimentaire, qui a drainé 18% des investissements, et les entreprises à caractère industriel (15%). Les industries métalliques et mécaniques, électriques et électroniques se partagent le reste (12%).

    Pour ce qui est des investissements étrangers, la France arrive en tête avec 34,6 millions de DH (dont 49% destinés à la branche chimie-parachimie) loin devant la Suisse qui a initié des affaires totalisant 6,7 millions de DH concentrés dans la chimie-parachimie (61%) et le textile-cuir (38%). L'Espagne arrive en troisième position avec 5,9 millions de DH, drainés pour l'essentiel par les entreprises à caractère industriel (64%). La quatrième place revient aux investisseurs autrichiens qui comptent investir 5,4 millions de DH entièrement destinés aux entreprises à caractère industriel.

    La répartition régionale des investissements place la Wilaya de Casablance au premier rang avec 209 millions de DH (contre 190 millions en septembre), soit 33% du total, et 25% des emplois à créer (1.427). Avec 116 millions de DH (18% du montant global), la Province de Settat vient en deuxième position suivie des Wilayas de Rabat (48 millions) et de Tétouan (42 millions).

    Le reste des régions se partagent 34% des investissements , soit 216 millions de DH.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc